Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mercredi 13 février 2019

Insalubrité extrême dans la Première Nation de Cat Lake : les champignons s’attaquent maintenant aux enfants

Publié le

Un garçon avait des éruptions cutanées sur son visage.
Ce jeune garçon de Cat Lake, âgé de 11 ans a été transporté à London pour y recevoir des soins médicaux.   Photo : Charlie Angus

La Première Nation de Cat Lake, dans le nord de l'Ontario, a décrété l'état d'urgence, mercredi dernier, en raison de multiples maladies et même de morts causées par des conditions de logement inadéquates. Le député néo-démocrate de Timmins–Baie James, Charlie Angus, demande au ministre responsable des Services aux Autochtones, Seamus O'Regan, de se rendre sur place et de mettre en œuvre un plan d'action.

Des appartements complètement délabrés, moisis de partout, occupés par plusieurs familles : la crise a pris des proportions telles à Cat Lake que les champignons s’attaquent désormais à la peau des enfants. Quand je suis arrivé, j’ai réalisé que c’était un désastre social, raconte le député fédéral Charlie Angus. J’étais choqué par les conditions dans les maisons.

Le politicien a même dû porter un masque pour visiter certains logis tellement ils étaient contaminés.

Pourtant, des familles s’entassent dans ces maisons insalubres, malgré les bronchites, les pneumonies et les irritations cutanées dont souffrent les plus jeunes et les plus vieux résidents.

La communauté est très frustrée par le manque d’action du gouvernement, affirme Charlie Angus.

Pour moi, c’est un symbole des problèmes qui existent partout dans le nord du Canada.

Charlie Angus, député de Timmins—Baie James

Le député néo-démocrate critique le manque de financement accordé aux communautés autochtones. Il demande au ministre O’Regan d’agir le plus rapidement possible : Je pense que M. O’Regan ne comprend pas la vraie réalité des communautés autochtones du Grand Nord. Il est ministre, il doit fait preuve de plus de leadership.

Chargement en cours