Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Richer
Audio fil du vendredi 8 février 2019

Peine d'Alexandre Bissonnette : « La plaie reste ouverte », dit l'imam Hassan Guillet

Publié le

Dessin : Alexandre Bissonnette écoute le jugement de Juge François Huot
Alexandre Bissonnette écoute le jugement de Juge François Huot   Photo : Radio-Canada

C'est avec surprise et déception que la communauté musulmane de Québec a accueilli la peine d'emprisonnement à perpétuité de l'auteur de la tuerie à la grande mosquée de Québec, Alexandre Bissonnette. Elle aurait souhaité que le tueur ne puisse demander de libération conditionnelle avant 150 ans, alors qu'il pourra finalement le faire dans 40 ans. Ce qui constitue un non-sens, selon l'imam Hassan Guillet.

La loi stipule que, lorsqu'un juge impose des peines consécutives pour plusieurs chefs d'accusation, chaque peine doit avoir une durée de 25 ans. C'est pourquoi les familles des victimes de l'attentat de la grande mosquée de Québec espéraient qu'Alexandre Bissonnette soit condamné à 150 ans de prison. Le juge Huot a toutefois décidé de déroger à cette disposition en imposant une peine de 25 ans de prison, suivie d'une autre de 15 ans.

C'est ce qui explique la surprise de la communauté musulmane, selon Hassan Guillet. L'imam craint maintenant qu'au bout de 40 ans, si Alexandre Bissonnette obtient sa libération conditionnelle, les orphelins des victimes aient à revivre l'horreur de la tuerie qui leur a enlevé un père.

On attendait ce jugement pour commencer à revivre, pour faire notre deuil en sérénité, mais, avec ça, la plaie reste ouverte.

Hassan Guillet, porte-parole du Conseil des imams du Québec

Hassan Guillet a de la peine pas seulement pour les familles des victimes et la communauté musulmane, il en a aussi pour les parents d'Alexandre Bissonnette. Nous sommes tous perdants avec cette histoire-là, dit-il.

Je lance un message à tous ceux qui nous écoutent : “Regardez où la propagande haineuse amène.”

Hassan Guillet, porte-parole du Conseil des imams du Québec

Chargement en cours