•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Déneigement : le maire d’Anjou accuse Valérie Plante d’incompétence

Audio fil du mercredi 6 février 2019
Le maire d'Anjou, Luis Miranda, réclame que les arrondissements retrouvent leur autonomie en matière de déneigement.

Le maire d'Anjou, Luis Miranda, réclame que les arrondissements retrouvent leur autonomie en matière de déneigement.

Photo : Radio-Canada / Alain Béland

Excédé par la critique de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui a reproché aux arrondissements de ne pas faire leur travail de déneigement, le maire d'Anjou, Luis Miranda, affirme que la ville centre est responsable des accumulations de neige et de glace dans son arrondissement.

Luis Miranda soutient qu’en novembre dernier, la Ville de Montréal a refusé que les 10 centimètres de neige qui étaient tombés soient ramassés. Les arrondissements qui décidaient de le faire quand même devaient le faire à leurs frais.

Résultat : la neige qui a été tassée sur le bord des routes s’est compactée et a gelé, déplore Luis Miranda.

Aujourd'hui, ce n'est plus de l'inexpérience, je pense, c'est de l'incompétence.

Luis Miranda, maire de l'arrondissement Anjou

Le maire d’Anjou explique qu’il disposait d’une bonne marge de manœuvre en 2017 qui lui permettait d’assumer les frais d’enlèvement de la neige, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Néanmoins, il affirme avoir assez de latitude pour intervenir au besoin : Je me suis accumulé une autre petite marge de manœuvre. Ce que je vais faire à partir d’aujourd’hui, c’est que si je considère que la sécurité ou le bien-être de mes citoyens est en danger, je n’accepterai plus d'attendre après la Ville de Montréal.

Plus d’autonomie pour les arrondissements

Luis Miranda souhaite que les arrondissements aient plus de contrôle sur l’ensemble des opérations de déneigement. Il fait valoir que la configuration des rues est très différente d’un quartier à l’autre, et qu’il peut neiger à un bout de l’île tandis qu’il pleut à l’autre bout. Tu ne peux pas appliquer la même règle à tout le monde, dit-il.

Par contre, que Montréal établisse un minimum de service, je suis 100 % d’accord avec ça, précise le maire Miranda.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi