Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du lundi 4 février 2019

Réchauffement climatique : une Inuite revendique le droit au froid

Publié le

Un homme, les deux pieds dans l'eau, râtelle le fond d'un lac dans le Nord.
Plusieurs communautés inuites du Nord canadien doivent adapter leurs pratiques aux nouvelles réalités qu’imposent les changements climatiques. La pêche et la chasse, qui assurent depuis plusieurs siècles la subsistance des Inuits, sont confrontées au déclin de certaines espèces contre l’apparition d’autres.   Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Dans son livre Le droit au froid, la militante inuite Sheila Watt-Cloutier rappelle que le mode de vie de son peuple est intimement lié au climat polaire. Elle craint que le réchauffement climatique n'amène la disparition d'une partie des traditions des habitants de l'Arctique. On peut penser que son ouvrage se veut un manifeste pour la protection de la planète, mais c'est en fait le cri du coeur d'une Inuite qui veut préserver sa culture, affirme l'anthropologue Lisa Koperqualuk, qui en signe la préface.

Lorsqu’elle a parlé de son projet de livre à Lisa Koperqualuk pour la toute première fois, Sheila Watt-Cloutier avait déjà en tête l’idée d’un titre qui ferait référence au droit au froid. Une expression qui est fort appropriée, selon l’anthropologue : « En tant que peuple inuit, on a vécu dans l’Arctique pendant des milliers d’années, et c’est le milieu qu’on a choisi. On a surmonté plein de défis pour pouvoir y vivre. On a créé une discipline, un art de vivre dans l’Arctique. Ce sont des milliers d’années de connaissances qu’on a amassées. »

Les changements climatiques menacent aujourd’hui cette culture. Lisa Koperqualuk donne l’exemple du gel qui dure moins longtemps, ce qui met la vie des chasseurs en danger. Aujourd’hui, ils ne peuvent plus savoir si [la glace] est mince et si elle va briser, souligne-t-elle.

Si la température globale monte de deux degrés seulement, on va perdre notre style de vie dans le Nord.

Lisa Koperqualuk, anthropologue

Chargement en cours