Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du mercredi 23 janvier 2019

Alimentation : « L’ennemi, c’est l’industrie »

Publié le

Usine de transformation d'aliments qui produit du lait en portion individuelle.
Une usine de transformation d'aliments   Photo : iStock

Au cours de ses 25 ans de carrière dans l'industrie agroalimentaire, Christophe Brusset a vu la qualité des aliments se dégrader à vue d'œil. Pour lui, l'ennemi de notre santé, ce n'est pas le sucre, ce n'est pas le gras : c'est l'industrie.

L’industrie agroalimentaire, surtout les grosses multinationales, dans leur recherche effrénée de profits, produisent des produits à bas coûts, qui sont bourrés d’additifs et qui sont totalement déséquilibrés au plan nutritionnel, explique-t-il.

Celui qui a été acheteur pour l’un des plus gros importateurs de miel en France affirme avoir lui-même contribué à cette dégradation nutritionnelle : Pendant très longtemps, j’ai acheté du miel chinois à moins d'un euro du kilo, à des prix totalement anormaux, en sachant pertinemment que c’était en fait un assemblage de sucres industriels, de colorants et de pollen.

Selon Christophe Brusset, presque la totalité du miel qui est importé en France est du miel frauduleux provenant de la Chine.

Il a tellement été marqué par ce qu’il a vu dans l’industrie agroalimentaire qu’il a décidé de cuisiner plus souvent pour consommer moins de produits transformés, d’acheter le plus possible ses aliments auprès de producteurs locaux et de lire attentivement les étiquettes des produits qu’il achète à l’épicerie.

D’ailleurs, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la qualité de la nourriture est souvent meilleure au supermarché qu’au restaurant ou que dans les autres commerces alimentaires, comme les pâtisseries et les boulangeries, parce que dans ces derniers, le consommateur n’a pas accès à l’information nutritionnelle des aliments, soutient Christophe Brusset.

Chargement en cours