Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mardi 22 janvier 2019

Voiture louée à un taux d’intérêt de 41 % : un abus courant

Publié le

Sur l'affiche est écrit : «Spécialiste du crédit sur place, 2e, 32, 4e chance»
Une affiche chez le concessionnaire Mont-Joli Chrysler   Photo : Radio-Canada / La facture

Selon le président de l'Association pour la protection des automobilistes, George Iny, les histoires comme celle de Denis Thompson, qui s'est retrouvé, sans trop le savoir, avec un contrat de location de voiture à un taux d'intérêt de 41 %, sont courantes.

Il y a de l’abus et c’est courant, dit-il. C’est presque quotidien.

Pourtant, les lois ne manquent pas au Québec pour protéger les consommateurs. L’un des problèmes que l’on constate est que ces protections ne sont pas appliquées, affirme George Iny. On n’essaie pas de faire respecter les lois en place.

George Iny croit que l’Office de la protection du consommateur devrait retirer le permis du commerçant qui a loué une voiture à un tel coût à un jeune homme qui a une déficience intellectuelle.

Selon lui, c’est aux autorités de sévir contre les commerçants qui ont de telles pratiques, et non pas aux consommateurs d’être plus prudents, car peu de gens ont les connaissances nécessaires pour mesurer l’ampleur de ce type de contrat.

Face à des pratiques pareilles, on a tous une déficience intellectuelle.

George Iny, président de l'Association pour la protection des automobilistes

Chargement en cours