Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du lundi 21 janvier 2019

121 jours dans la nuit polaire, ou comment l'homme devient ours

Publié le

Gros plan du visage d'un homme en habits d'hiver, la barbe, les cils et la tuque recouverts de givre.
L'explorateur scientifique Stéphane Lévin lors de son séjour dans le Nord   Photo : Les éditions de l'Homme

Stéphane Lévin est un explorateur scientifique. Il se plaît à s'exposer à toutes sortes de conditions extrêmes au profit de la recherche. Ses 121 jours passés dans le Nord ont d'ailleurs permis à un chercheur de découvrir des vestiges d'hibernation chez l'être humain.

Sur les 121 jours que Stéphane Lévin a vécus dans le Nord, il en a connu 106 sans soleil, et 70 dans l’obscurité totale. Et c’est seul qu’il a dû affronter le refroidissement éolien portant la sensation de froid à -70.

Malgré tout, il est loin de regretter son expérience : C’est extrêmement enthousiasmant de dire que ce que j’ai fait, ça sert très concrètement à quelque chose.

Car Stéphane Lévin a vécu un véritable processus d’hibernation, ou d’oursisation, comme il aime le dire : ses cheveux, sa barbe et ses ongles se sont mis à pousser à une vitesse vertigineuse, et il a pris beaucoup de poids.

J’aime bien l’expression : "L’extrême est la loupe de la normalité".

Stéphane Lévin, explorateur scientifique

À son retour du Nord, l'explorateur a dû se réadapter à un mode de vie normal. Après m’être "oursisé", j’ai mis deux ans à revenir parmi les hommes, raconte-t-il.

Sa prochaine mission consistera cette fois à passer 121 jours dans une intense chaleur, afin de préparer la science aux voyages dans l'espace.

Chargement en cours