Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du vendredi 18 janvier 2019

Alcool et mineur à Victoriaville : « Tout le monde a eu tout faux »

Publié le

Tigres de Victoriaville
Tigres de Victoriaville   Photo : Getty Images / Mike Dembeck

Pour le directeur général d'Éduc'alcool, Hubert Sacy, « dans l'exemple des Tigres de Victoriaville, tout le monde a eu tout faux à tous les niveaux de la chaîne ».

Hubert Sacy estime que le fait qu’un joueur de hockey mineur ait consommé de l’alcool dans un bar pour ensuite prendre le volant de sa voiture met en lumière de nombreuses lacunes au sein du club de hockey. Le club, de toute évidence, a manqué d’encadrement pour les joueurs, croit-il. On ne traite pas les joueurs mineurs de la même manière que les joueurs majeurs.

Il se montre aussi sévère envers le bar qui a admis le jeune hockeyeur : Il y a un bar qui n’a pas fait son boulot. Non seulement il a admis un mineur, mais en plus il y a quelqu’un qui lui a servi de l’alcool.

Le directeur général d'Éduc'alcool pointe enfin du doigt le joueur lui-même qui a été retrouvé endormi au volant de sa voiture. Il fait remarquer que même s’il avait eu 18 ans, il aurait été dans l’illégalité puisque c’est tolérance zéro pour l’alcool au volant chez les moins de 22 ans.

« Un laxisme sans nom »

Selon Hubert Sacy, la quantité de bars qui admettent des mineurs varie d’une région à l’autre.

Le problème, selon lui, réside dans le fait que la Régie des alcools, des courses et des jeux n’a pas d’inspecteurs dédiés au repérage d’établissements qui vendent de l’alcool aux mineurs. Lorsque la Régie reçoit des informations indiquant qu’un bar contrevient à la loi, elle doit faire intervenir les policiers, qui ont bien souvent d’autres chats à fouetter.

Nous avons des lois dont l’application est malheureusement d’un laxisme sans nom.

Hubert Sacy, directeur général d'Éduc'alcool

Hubert Sacy souhaiterait que des clients mystères soient envoyés dans les bars pour repérer ceux qui acceptent de vendre de l’alcool aux mineurs. Le plus grand déterminant du respect de la loi, c’est la perception qu'on va se faire épingler si on ne la respecte pas, dit-il.

Chargement en cours