•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Éducation sexuelle : « Ce n’est pas une agression que de savoir nommer les parties du corps »

Audio fil du jeudi 10 janvier 2019
Un tableau vert sur lequel sont dessinés à la craie des symboles de genre masculin et féminin.

L'éducation sexuelle chez les jeunes

Photo : iStock

La présidente de l'Ordre professionnel des sexologues du Québec, Nathalie Legault, réitère qu'il est important que tous les étudiants, peu importe leurs croyances spirituelles, assistent aux cours d'éducation à la sexualité, maintenant obligatoires du primaire au secondaire.

Elle réagit ainsi à un guide, rédigé par un abbé et relayé par l'archevêché de Montréal, qui incite les parents catholiques à retirer leurs enfants des cours d’éducation à la sexualité pour les protéger, sous prétexte que ces cours peuvent représenter une agression pour certains élèves.

Nathalie Legault rappelle qu’au contraire, de nombreuses études montrent que l’éducation à la sexualité est une façon de protéger les enfants contre d’éventuelles agressions.

Elle assure aussi que le contenu des cours, qui a été évalué par des sexologues, est tout à fait adapté à l’âge des élèves : On ne va pas leur montrer comment avoir des relations sexuelles [à 6 ans]. Il faut rassurer les gens. L’éducation à la sexualité, c’est une éducation qui est beaucoup sur l’aspect affectif. Les enfants de 6 ans apprendront, par exemple, à identifier les organes génitaux, à reconnaître leurs sentiments, à comprendre l'identité sexuelle, etc.

La sexologue ajoute que les parents auront toujours un rôle à jouer dans l’éducation sexuelle de leurs enfants. Il faut comprendre que le parent peut compléter, nuancer [ce qui est enseigné à l’école], dit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi