Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du jeudi 3 janvier 2019

Le Dr Donald Vinh, le Dr House québécois

Publié le

Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM)
Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM)   Photo : Radio-Canada / Luc Lavigne

Sa spécialisation dans la résolution de cas mystérieux lui a valu le surnom de « Dr House du Québec ». Il s'appelle en réalité Donald Vinh et il est infectiologue au Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

On estime à 7000 le nombre de maladies rares dans le monde. Le Dr Donald Vinh, médecin en infectiologie et en microbiologie au CUSM, s’intéresse à ces maladies sous l’angle des déficits immunitaires génétiques.

« Ce que je vois depuis le début de ma formation, ce sont des cas extrêmes et rares qui ne répondent pas du tout au bon traitement. Je me pose toujours la question : “Qu’est-ce qu’il y a chez ces patients qui expliquerait pourquoi ils sont toujours malades?” », explique le médecin.

Récemment, il a traité un patient de la Gaspésie, malade depuis son enfance. Jeune, il développe toutes sortes d’infections des voies respiratoires, de la bronchite à la pneumonie. Plus tard, il développe d’autres infections, du feu sauvage au muguet. Puis, des verrues sont apparues d’abord sur ses parties génitales et se sont étendues sur l’ensemble de son corps, malgré les traitements.

« Ce monsieur a été évalué à plusieurs reprises et dans plusieurs centres, sans obtenir de réponse. Éventuellement, nous l’avons évalué au CUSM et, avec des tests spéciaux que nous avons établis, nous avons été capables de déterminer pourquoi [il avait ces symptômes]. Il avait une maladie qui n’a jamais été décrite avant », raconte l'infectiologue.

Toutefois, ce type de victoire est plutôt rare. Souvent, des patients arrivent à lui en étant désespérés et frustrés. Ils ont subi une batterie de tests au cours de leur vie, mais sans résultats. Le processus doit tout de même se poursuivre auprès du Dr Donald Vinh et ses collègues.

« C’est très difficile quand ce ne sont pas des maladies répertoriées », souligne le médecin.

Il est d’autant plus difficile d'obtenir du financement. Comme les maladies rares touchent une infime partie de la population mondiale, l’hôpital n’obtient pas toujours le financement nécessaire pour effectuer les recherches appropriées et éventuellement guérir le patient atteint de la maladie.

Chargement en cours