Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du jeudi 3 janvier 2019

Airbnb : offensive du Plateau-Mont-Royal

Publié le

Carte montrant où se trouvent la plupart des Airbnb à Montréal.
Chaque bulle représente une annonce sur Airbnb.   Photo : Radio-Canada

Il suffit d'une simple recherche en ligne pour constater l'ampleur qu'a prise le phénomène Airbnb à Montréal, particulièrement sur Le Plateau-Mont-Royal et dans l'arrondissement de Ville-Marie. La location de logements par des voyageurs vient avec son lot de conséquences, allant du bruit dérangeant aux déchets sortis au mauvais moment. Il s'agit de problèmes qui sont bien connus de Richard Ryan, conseiller municipal du district du Mile End dans Le Plateau-Mont-Royal.

À eux seuls, les arrondissements de Ville-Marie et du Plateau-Mont-Royal contiennent quelque 8000 logements entiers dont il est possible de louer certaines pièces à l’année avec Airbnb.

« On n’est plus dans l’économie de partage. C’est plutôt de la grosse économie », dénonce Richard Ryan, responsable du dossier pour l’administration Plante.

Conseiller municipal depuis neuf ans, Richard Ryan est bien à l’affût des problèmes qu’engendre ce type de location.

Plaintes formulées par le voisinage :

  • Bruits dérangeants
  • Manque de sécurité
  • Déchets sortis au mauvais moment

« Des gens se font mettre dehors de leur logement et soupçonnent leur propriétaire de vouloir faire du Airbnb. [Pour lui], c’est quatre à cinq fois plus payant de le faire », souligne-t-il.

Or, ceux qui n’ont pas l’accréditation touristique et qui tiennent de telles activités s’exposent à des amendes allant de 2500 $ à 25 000 $.

Richard Ryan reste très optimiste, surtout depuis que le dossier des inspections a été transféré de la Ville de Montréal à Revenu Québec, en 2018. Avec un nombre plus important d'inspecteurs à Montréal, il espère parvenir à mieux contrôler le problème.

Chargement en cours