Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du jeudi 3 janvier 2019

2019, une année de défis patrimoniaux

Publié le

Une maison ancienne en train de se faire démolir par une pelle mécanique.
La maison Boileau au moment de sa démolition   Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

En 2018, il y a eu la destruction de la maison Boileau, les rénovations à la pelle mécanique au moulin de L'Isle-Verte et un cri du coeur pour sauver la maison Charbonneau à Laval. Le Québec a fait piètre figure sur le plan du patrimoine l'an dernier. Robert Turgeon, directeur général d'Héritage Montréal, regarde vers l'avant pour la prochaine année.

La nouvelle ministre de la Culture et des Communications du Québec, Nathalie Roy, en a fait l’annonce en fin d’année : elle espère mettre sur pied un répertoire des biens patrimoniaux à risque. Une annonce qui rend Robert Turgeon très optimiste.

« C’est une année qui s’annonce remplie d'opportunités et de défis. Et il faut être capable de les saisir », mentionne-t-il.

Selon le directeur général d'Héritage Montréal, de nombreux ensembles industriels seront requalifiés cette année, notamment la Molson Brewery et le silo no 5. L’Hôpital Royal Victoria et l’Hôtel Dieu subiront également le même sort.

« C’est une bonne occasion de redévelopper ces sites-là avec une plus grande mixité d’usage et faire en sorte qu’on respecte l’esprit du lieu, explique-t-il. Nous sommes contents de voir, en ce qui concerne le Royal Vic, que le gouvernement [considère] vraiment ce dossier comme très important [...] ça augure bien », observe-t-il.

Depuis 2019, la Ville de Montréal a mis sur pied le Plan d’action en patrimoine, et Héritage Montréal travaillera étroitement [avec la Ville sur ce dossier].

« Le mot d’ordre [de la nouvelle administration], c’est d’agir. Et d’agir en amont. C’est comme ça qu’on va éviter des cas [comme ceux qu'on a vus en 2018]. On ne pourra pas tous les éviter, mais ce qu’on voit, ce sont des gains potentiels à moyen terme, plutôt que des pertes », explique Robert Turgeon.

Pour le directeur général d'Héritage Montréal, les différentes instances, mais particulièrement les municipalités, ont un devoir d’exemplarité sur la façon d’entretenir les biens patrimoniaux.

« C’est au gouvernement d’agir selon ses propres lois », affirme-t-il.

Un sondage commandé par Héritage Montréal à la firme Callosum cet été a révélé que le patrimoine bâti et la qualité de vie figurent parmi les trois éléments les plus importants pour les habitants du Grand Montréal, après l’environnement et la mobilité.

« Ce qui est important pour les gouvernements et les municipalités, c’est de réaliser que les citoyens sont quand même à un bon niveau d’intérêt et de préoccupation [en matière de patrimoine]. La seule chose, c’est qu’il faut leur donner les outils », croit-il.

« Il ne faut pas oublier que certaines administrations font bien les choses, et certains propriétaires aussi », conclut-il.

Chargement en cours