Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du jeudi 27 décembre 2018

Un premier centre automatisé de dépistage des ITSS ouvre à Montréal

Publié le

On voit en gros plan un tube de prélèvement rempli de sang.
Prélèvement de sang   Photo : iStock

Imaginez une clinique entièrement informatisée où vous pouvez faire un test de dépistage d'infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS), et ce, sans médecins ou infirmières qui vous posent des questions. C'est l'idée qu'a eue un médecin qui vient d'ouvrir un centre d'autoprélèvement au centre-ville de Montréal. Entretien avec l'instigateur de cette clinique, le Dr Maxim Éthier.

Depuis le 1er décembre dernier, des patients peuvent remplir un questionnaire médical en ligne, prendre rendez-vous et se rendre dans une clinique au centre-ville de Montréal pour effectuer un test de dépistage d’ITSS.

Sur place, le citoyen utilise un code pour déverrouiller les portes de la clinique, puis il prend un siège. Personne ne l’accueille. Des vidéos le guident à travers chaque étape du processus de prélèvement.

Le seul contact humain qui n’a pu être éliminé, c’est l’infirmière qui doit prendre la prise de sang si nécessaire. Mais ce contact, le Dr Maxim Éthier aimerait aussi le supprimer.

« Ce serait apprécié par certaines personnes qui n’osent pas faire leur dépistage actuellement », croit le médecin.

Faire un test de dépistage pour des ITSS n’est généralement pas une partie de plaisir.

« Il y a des problèmes d’accessibilité en raison de la peur d’être jugée, révèle le médecin. Des études ont prouvé que l'autoprélèvement est efficace. »

D’ailleurs, 15 % des clients de cette clinique en sont à leur premier test de dépistage à vie.

Ce tout premier centre de dépistage automatisé n’est pas couvert par la RAMQ, ce que souhaite changer le Dr Maxim Éthier.

« Dès qu’on innove, c’est plus long pour avoir une réponse du gouvernement en matière de remboursement », explique-t-il.

Le service est toutefois gratuit pour les moins de 20 ans en raison des risques accrus d’infections transmissibles sexuellement pour cette tranche d’âge.

Chargement en cours