Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du jeudi 1 novembre 2018

Nicola Di Iorio, le député libéral fantôme

Publié le

Portrait de Nicola Di Iorio.
Le député fédéral de Saint-Léonard - Saint-Michel, Nicola Di Iorio   Photo : Parti libéral du Canada

Il représente les citoyens de la circonscription fédérale de Saint-Léonard–Saint-Michel, à Montréal, il gagne 172 000 $ par année comme député, mais on ne l'a pas vu à la Chambre des communes depuis la fin du printemps. Même ses collègues libéraux ne le voient plus. L'absence prolongée et inexpliquée de Nicola Di Iorio devient de plus en plus embarrassante pour le Parti libéral, souligne le chroniqueur politique Alec Castonguay.

Le député n’a pas disparu du radar pour autant. Employé de la firme BCF depuis le mois d’août, Nicola Di Iorio a participé, la semaine dernière, à un colloque sur le cannabis en tant que spécialiste du droit du travail.

C’est étrange, mais c’est permis, soulève Alec Castonguay. Il n’y a rien qui empêche un député d’avoir un autre emploi. Évidemment, ça date de l’époque où les députés étaient très mal payés et siégeaient presque à temps partiel à la Chambre des communes.

Les députés ont toutefois l’obligation de siéger. Après 21 jours consécutifs d’absence non justifiée, leur salaire est amputé de 120 $ par jour. Alec Castonguay ne sait toutefois pas si des sanctions ont été entreprises contre Nicola Di Iorio : Il n’y a pas de registre. On ne punche pas à l’entrée de la Chambre des communes.

C’est pour ça qu’on devrait peut-être changer les règles et interdire aux députés d’avoir un double emploi.

Alec Castonguay, chroniqueur politique

Le député assure sur sa page Facebook qu'il continue à représenter les citoyens de sa circonscription. Mais lorsque tu ne te rends pas à la Chambre des communes pour voter sur des motions, sur des projets de loi, pour débattre, il y a une grosse partie du travail de représentation du citoyen que tu ne fais pas, observe Alec Castonguay.

Un député indécis

Nicola Di Iorio avait annoncé le 25 avril qu’il quittait la politique. Il avait même fait ses adieux à la Chambre des communes.

Il a toutefois changé d’idée. Le député a expliqué au journal local Le progrès de Saint-Léonard qu’il voulait finalement terminer son mandat.

Cependant, il a une nouvelle fois changé son fusil d’épaule en publiant sur Facebook, le 27 septembre, un message dans lequel il dit être en réflexion sur son avenir. Depuis, plus de nouvelles.

Chargement en cours