•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore trop de rejets d'égouts dans les cours d'eau quand il pleut

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Encore trop de rejets d'égouts dans les cours d'eau quand il pleut

Audio fil du mercredi 8 août 2018
Paysage d'une rivière qui coule dans une forêt

La rivière du Nord en amont de Saint-Jérôme

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Avec les orages des derniers jours, les égouts de plusieurs municipalités ont débordé. Il y a eu des surverses dans le bassin de Chambly, dans les rivières Richelieu et Yamaska, ainsi que dans la rivière du Nord qui passe au centre-ville de Saint-Jérôme. Le reportage de René Saint-Louis.

Par temps de pluie ou en période de fonte des neiges, il est légal pour les municipalités de laisser les débordements se produire. Toutefois, le gouvernement veut limiter ce problème.

Ainsi le ministère de l’Environnement impose un comptage obligatoire des surverses.

On a des enregistreurs électroniques sur chaque point de surverse qui notent leur nombre, leur durée, la quantité déversée et le débit.

Simon Brisebois, directeur par intérim du service d'ingénierie de la Ville de Saint-Jérôme

Sanctions

En cas de surverses excédentaires, une ville a l’obligation de mettre son réseau d’égout à niveau.

Toutefois, si elle tarde à le faire, le gouvernement peut refuser de lui délivrer des permis de construction. Or, sans nouveaux développements immobiliers, pas de nouvelles taxes pour la Ville. L’incitatif est donc surtout financier.

Le cas de Saint-Jérôme

À Saint-Jérôme, dans les Laurentides, la Ville a décidé de consacrer entre 5 et 7 millions de dollars par année sur une période de 10  à 15 ans pour éliminer les surverses. Pour l’instant, les travaux menés ne permettent pas de constater d'amélioration.

Un graphique en bâton montre qu'il y a autour de 250 surverses chaque année à Montréal. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ce graphique de la Fondation Rivières montre le nombre de surverses annuelles à Saint-Jérôme entre 2008 et 2016.

Photo : Fondation Rivières

À l’échelle de la province aussi, l’amélioration de la situation est lente. Si certaines villes font des efforts, d’autres négligent de faire des gestes pourtant simples, comme ne pas envoyer l’eau du drain des maisons et des gouttières dans les égouts, ce qui contribue justement aux surverses.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi