•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des nouvelles encourageantes de la baleine noire

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Des nouvelles encourageantes de la baleine noire

Audio fil du mercredi 11 juillet 2018
La surveillance aérienne des baleines noires sera accrue dans le golfe du Saint-Laurent, cette année.

La surveillance aérienne des baleines noires sera accrue dans le golfe du Saint-Laurent, cette année.

Photo : Center for Coastal Studies/NOAA

Les mesures adoptées par le gouvernement fédéral, l'an dernier, pour protéger la baleine noire semblent efficaces puisqu'aucune carcasse du grand mammifère n'a été retrouvée depuis, indique l'animatrice de l'émission scientifique Les années lumière, Marie-France Bélanger.

L’an passé, la baleine noire a défrayé la machette avec la découverte de 18 carcasses sur les côtes américaines et canadiennes. Les autopsies avaient révélé que les deux principales causes de mortalité de ces baleines étaient l’empêtrement dans des engins de pêche et les collisions avec des navires.

Ottawa avait réagi en adoptant diverses mesures, comme une limite de vitesse pour les navires de 20 mètres et plus, la fermeture de zones de pêche et un rehaussement de la surveillance aérienne.

Toutes ces mesures semblent donner des résultats pour l’instant, mais il faudra voir à la fin de l’été, car tout ça peut changer, affirme Marie-France Bélanger.

La baleine noire, ou baleine franche, est une espèce en voie de disparition. Il n’en reste que 450 individus dans le monde. Cette baleine a une espérance de vie de 75 ans, mais les femelles ne donnent naissance à des petits que tous les deux à six ans, ce qui nuit à son rétablissement. Elle a été chassée jusqu’en 1935.

Des scientifiques à l’oeuvre

Des scientifiques tentent de mettre au point des engins de pêche au crabe et au homard moins dangereux pour les baleines. Seulement pour la pêche au crabe, on parle de 40 000 casiers autour de la zone de restriction, précise Marie-France Bélanger.

Le problème de ces casiers est qu’ils sont reliés à des bouées par des cordes dans lesquelles les baleines peuvent se prendre. C’est pourquoi les scientifiques essaient de créer des casiers qui n’ont pas de bouée flottant à la surface, ou dont les cordes peuvent facilement être brisées par une baleine.

Ils travaillent aussi sur des casiers de pêche au crabe équipés d’hydrophones pou détecter la présence de baleines par leurs chants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi