Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du mardi 17 avril 2018

Français dégenré : le triomphe du particulier dans le langage

Publié le

Dessin d'hommes et de femmes de divers types.
Un groupe militant de l'UQAM propose de dégenrer le français pour le rendre plus inclusif envers les personnes non-binaires.   Photo : iStock

Marie-France Bazzo n'est pas d'accord avec la proposition d'un groupe militant de l'UQAM de dégenrer le français pour le rendre plus inclusif envers les personnes non binaires.

Le groupe en question suggère de changer les pronoms et les noms pour qu'ils ne représentent pas un genre en particulier. Les pronoms « il » et « elle » seraient ainsi remplacés par « iel », et les mots « contributeur » et « contributrice » par « contributeurice ».

« Ces exemples illustrent le triomphe du particulier dans le langage », affirme Marie-France Bazzo.

Il ne s’agit pas de droit, mais de distorsion victimaire. Il s'agit de minorités pour lesquelles il faudrait bouleverser toute la langue, la rendre incompréhensible, précautionneuse, repentante.

Marie-France Bazzo

Pour elle, il faudrait plutôt utiliser la langue française dans toute sa richesse actuelle pour informer les francophones sur la réalité des personnes non binaires. « D’enfoncer dans la gorge à coup de dictat en faisant de la rééducation maoïste orwellienne, c’est contreproductif, on enferme chacun dans une case », déplore-t-elle.

Chargement en cours