•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une puce sous la peau en guise de carte d’accès

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Une puce sous la peau en guise de carte d’accès

Audio fil du mardi 15 août 2017
Une main qui place une carte magnétique devant un lecteur.

Plusieurs entreprises ont un système d'accès par carte magnétique.

Photo : iStock

Seriez-vous prêt à vous faire implanter une puce électronique pour remplacer votre carte magnétique au travail? C'est ce qu'on fait certains employés d'une compagnie au Wisconsin, nous apprend la chroniqueuse techno Nadia Seraiocco.

Depuis le 1er août, les employés de la compagnie Three Square Market de River Falls n’ont plus besoin de fouiller dans leur sac pour trouver leur carte magnétique, il leur suffit de passer la main sur le lecteur.

Cela fait quand même quelques décennies que des scientifiques, des artistes et des passionnés de technologies font des expériences avec l’insertion de puces ou d’aimants sous la peau.

Nadia Seraiocco, chroniqueuse techno

On trouve deux formes de piratage du corps, aussi appelé « body hacking ». La première, c'est l'insertion d'un objet dans le corps pour des fins d’amélioration, comme des verres de contact ou un stimulateur cardiaque, par un médecin spécialiste. La seconde, c'est l'insertion d'un objet dans le corps à des fins ludiques ou artistiques.

« Un exemple d’utilisation ludique est l’artiste Orlan, qui s’est fait implanter des prothèses utilisées en chirurgie esthétique, mais en en détournant l’usage. Son objectif est de reproduire des critères de beauté d’autres époques. »

Cyborg

Le terme cyborg date des années 1960. Il désigne un corps humain avec des pièces mécaniques ou électroniques.

Risques
La journaliste Adi Robertson, du magazine The Verge, qui ne croit pas que ces interventions soient inoffensives, a tenté l’expérience du piratage corporel. Elle s’est fait installer, en 2014, un aimant sous la peau de l’annulaire gauche, raconte Nadia Seraiocco.

Au départ, son aimant vibrait lorsqu’elle s’approchait d’un dispositif électronique et elle pouvait attirer de petits objets métalliques à distance en bougeant le doigt, c’était quasiment de la magie.

Nadia Seraiocco, chroniqueuse techno

Le plaisir a toutefois été de courte durée. « En quatre ans, il s’est formé une capsule de tissus fibreux autour de son aimant et il a commencé à moins réagir, puis à n’être qu’un souvenir rappelé par la bosse qui s’est formée sur son doigt. »

En plus de ne pas faire l'unanimité, l'implantation d'une puce électronique soulève aussi des questions liées à la collecte des données et aux problèmes que cela pose pour la vie privée.

Sur le même sujetUne entreprise du Wisconsin implantera des micropuces à ses employés

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi