•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des conseils pour réussir son souper de Noël en pandémie

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Des conseils pour réussir son souper de Noël en pandémie

Un couple assis à table devant un repas et regardant un ordinateur portable sur lequel on voit d'autres personnes en vidéoconférence.

Plusieurs personnes vont opter pour un souper de Noël virtuel cette année en raison de la pandémie.

Photo : getty images/istockphoto / gpointstudio

Ce n'est pas parce qu'il n'y aura pas d'énormes buffets, cette année, que le souper de Noël doit tomber à l'eau! Selon la critique gastronomique Lesley Chesterman, il existe de nombreuses façons de faire du souper de Noël un moment spécial, même si on ne peut pas le partager avec ses proches.

Un repas en vidéoconférence

Lesley Chesterman a mis du temps avant de tenter l’expérience d’un souper virtuel. Honnêtement, j’ai toujours trouvé ça un peu stupide, avoue-t-elle. Je me disais qu’il n’y avait pas d’âme, pas d’odeurs.

Mais elle a été totalement charmée par l’expérience lorsque, un mois plus tôt, elle a soupé avec deux couples d’amis grâce à la plateforme Zoom. Je suis même presque convaincue que c’était meilleur qu’un repas avec des gens à côté de nous, dit-elle.

Pour que l’expérience soit optimale, il est essentiel, selon elle, que tous les participants mangent le même repas, qu’il ait été commandé au restaurant ou cuisiné chacun chez soi. Mais l’avantage, comparativement à un souper traditionnel, c’est que l’on n’est pas obligé d’endurer les piètres talents culinaires des autres.

Lesley Chesterman insiste sur l’importance de ne pas négliger l’ambiance, en disposant des chandelles ou des fleurs sur la table à manger.

Troquer la dinde contre de plus petites volailles

Même si les restes de dinde se cuisinent très bien, certains préféreront peut-être opter pour un autre mets aux proportions plus modestes. Lesley Chesterman souligne qu’il existe toutes sortes de volailles qui peuvent très bien remplacer la traditionnelle dinde, comme le poulet de Cornouailles, la pintade ou la caille (qu’il faut bien nettoyer avant de la faire cuire).

Se gâter

On a tendance à être généreux avec tout le monde à Noël, mais il y a peut-être une [occasion] de faire quelque chose pour nous-mêmes, pense Lesley Chesterman.

La critique gastronomique suggère aux gens de profiter des économies qu’ils feront en préparant un repas de plus petite taille pour s’offrir des produits de luxe, comme du caviar, du foie gras ou du champagne. Elle précise qu’il existe des bouchons précis pour les bouteilles de champagne qui permettent de conserver le précieux liquide pendant une semaine.

L’important, à son avis, est de se gâter et de profiter du moment pour se concentrer sur la nourriture. On peut faire différent simplement en changeant le lieu du repas; en le mangeant dans le salon, par exemple.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi