•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LaSalle, pionnier du jardinage communautaire

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

LaSalle, pionnier du jardinage communautaire

Audio fil du vendredi 28 juillet 2017
Des gens dans le jardin.

Les jardins communautaires Charles-Nagy existent depuis 1936.

Photo : Radio-Canada / Danny Braün

Créé en 1936, le jardin communautaire Charles-Nagy a fêté son 81e anniversaire cet été. En plus d'être le plus ancien jardin communautaire de Montréal, il est aussi l'un des plus grands de la métropole. Le journaliste Danny Braün est allé rencontrer des gens de la Société horticole de LaSalle.

D’un demi-kilomètre de long, par deux rues de largeurs, les Jardins Charles-Nagy sont immenses. Pas moins de 160 jardiniers sont responsables de semer, arroser, désherber et récolter chaque saison.

Wai Song Kune devant les jardins Charles-Nagy.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Wai Song Kune, président de la Société d'horticulture de Lasalle.

Photo : Radio-Canada / Danny Braün

On a plus de membres que de jardins. C’est pour tous ceux qui veulent planter, qui veulent s’amuser avec le jardin.

Wai Song Kune, président de la Société d'horticulture de LaSalle.

Le jardin est aussi un lieu très multiculturel. « On a au moins une dizaine de personnes de différentes ethnies. [...] Dans le jardin il y a des feuilles de patates, y’a des légumes africains et chinois.

Les jardins Charles-Nagy

Charles Nagy, un immigrant d’origine hongroise, était le directeur de l’usine de levure Fleishman de LaSalle. D’ailleurs les jardins ne sont pas très loin de l’usine encore en fonction.

L’arrondissement LaSalle regroupe aussi plusieurs autres grands jardins. La Société d’horticulture des Rapides, qui a été fondée en 1998, possède un jardin le long du fleuve qui compte lui aussi 160 jardiniers.

Les jardins communautaires sont de plus en plus populaires à LaSalle. Il y a d’ailleurs une liste d’attente qui peut s’étirer sur plus d’une année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi