Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du mercredi 3 mai 2017

L'héritage florissant de Marie-Victorin

Publié le

Le frère Marie-Victorin dans son bureau de l'Institut botanique en 1939
Le frère Marie-Victorin dans son bureau de l'Institut botanique en 1939   Photo : Division des archives de l'Université de Montréal

Le Jardin botanique de Montréal, le rêve du frère Marie-Victorin, a officiellement ouvert ses portes au public en 1936. Désireux de transmettre son savoir et sa passion aux nouvelles générations, Marie-Victorin avait milité pendant plusieurs années pour son ouverture. L'historien Jean-François Nadeau raconte la genèse d'une réalisation qui rayonne encore aujourd'hui.

Si on est capables de nommer les choses qui nous entourent, on possède d’une certaine façon ce pays qui est le nôtre.

Jean-François Nadeau

Un héritage colossal

Au début des années 1910, Marie-Victorin, né Conrad Kirouac, ébauche un projet ambitieux : écrire une nouvelle flore du Québec. Il lui faudra près de 25 ans pour que l’œuvre voie la lumière du jour; en 1935, il publie la Flore laurentienne.

Il a entraîné dans son sillage toute une jeune génération de scientifiques qui sont devenus extrêmement importants.

Jean-François Nadeau

À sa mort, en 1944, Marie-Victorin laisse en héritage une science botanique propre au Québec, ainsi qu’un fleuron montréalais, son Jardin botanique.

 

Chargement en cours