•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Des déchets renvoyés par la poste aux visiteurs délinquants

Des déchets sont emballés dans un colis avec un message écrit par les autorités du parc national de Khao Yai en Thaïlande.

Les déchets abandonnés dans le parc national de Khao Yai en Thaïlande sont désormais envoyés à leur propriétaire par la poste.

Photo : Facebook\Top Varawut

Les autorités du parc national de Khao Yai en Thaïlande en avaient assez des déchets laissés dans la nature par des visiteurs et elles ont décidé d'agir de façon originale. Les déchets abandonnés sur place par les touristes sont désormais renvoyés à leurs propriétaires par la poste. La chroniqueuse Hélène Mercier explique que cette initiative insolite est celle du ministre thaïlandais de l'Environnement, Varawut Silpa-archa, qui avait lancé à la blague cette idée sur une publication Facebook.

Cette dernière a finalement été prise au sérieux par les autorités de ce parc national qui se situe à une centaine de kilomètres de Bangkok. Elles ont pu retrouver les adresses des visiteurs, puisque ceux-ci ont donné leurs coordonnées lors de leur réservation. Les colis de détritus sont également accompagnés de cette note : « Vous avez oublié quelque chose au parc national de Khao Yai ».

On ne sait pas combien de paquets ont été envoyés, mais la chroniqueuse explique que le fait de laisser ses déchets dans un parc national peut conduire à une amende de 21 000 $ et à une peine maximale de cinq ans de prison. Avec ces envois postaux, on rappelle aux gens concernés qu’ils n’ont pas agi de façon respectueuse. Les autorités font le pari que l’humiliation peut sensibiliser.

Qu’en pense la Sépaq?

« Cette mesure-là est originale et elle frappe l’imaginaire, comme en témoigne la couverture médiatique internationale qu’elle a reçue », estime Simon Boivin, porte-parole de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq). Toutefois, la Sépaq préfère utiliser les outils qui sont déjà à sa portée pour sensibiliser les visiteurs, comme les employés sur le terrain, l’affichage sur place, le site Internet des parcs nationaux ou encore les courriels préséjours. De plus, M. Boivin estime que la très grande majorité de la clientèle est respectueuse des lieux qu’elle fréquente.

Chaque vendredi, Hélène Mercier, la journaliste cambrioleuse, nous présente une initiative intéressante adoptée ailleurs dans le monde en se demandant si cette dernière pourrait être importée à Montréal. Vous avez une suggestion à lui faire? Écrivez-nous : le1518@radio-canada.ca

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi