•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Le pari complexe du transport en commun gratuit

Des passagers coincés dans le métro.

Rendre le transport en commun gratuit pourrait avoir des conséquences négatives inattendues (archives).

Photo : afp via getty images / MARTIN BUREAU

L'idée de rendre gratuit le transport en commun pour certains usagers ne date pas d'hier. Ses apôtres vantent amplement les mérites d'une telle politique pour l'environnement, entre autres. Il est toutefois difficile de savoir précisément si la gratuité aurait les effets escomptés, comme le rapporte la journaliste Hélène Mercier.

En dépit des baisses d’achalandage – et donc des baisses de revenus – engendrées par la pandémie, la mairesse de Paris, Anne Hidalgo, a décidé de remplir sa promesse de rendre le transport en commun gratuit pour les jeunes de 12 à 18 ans.

La nouvelle politique coûtera à la Ville Lumière l’équivalent d’environ 43 millions de dollars canadiens par an, tout ça dans l’espoir de fidéliser les jeunes Parisiens à l’autobus et au métro, et ainsi, accélérer la transition écologique, a noté Hélène Mercier.

Impossible cependant de garantir que la nouvelle politique de Paris atteindra sa cible, croit Jean-Philippe Meloche, professeur en urbanisme et en architecture du paysage à l’Université de Montréal.

On donne une incitation à ceux qui sont déjà dedans. On ne convertit personne quand on fait ça […] Ça peut être une politique qui est relativement inefficace.

Jean-Philippe Meloche, professeur en urbanisme et en architecture du paysage à l’Université de Montréal.

Chaque vendredi, Hélène Mercier, la journaliste cambrioleuse, nous présente une initiative intéressante adoptée ailleurs dans le monde en se demandant si cette dernière peut être importée à Montréal. Vous avez une suggestion à lui faire? Écrivez-nous : le1518@radio-canada.ca.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi