•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Les francs-maçons, au cœur de théories du complot depuis des siècles

Illustration en noir et blanc montrant des personnages costumés en train de faire brûler de l'encens lors d'un rituel maçonnique.

Illustration d'un rituel maçonnique vers 1900

Photo : Getty Images / Hulton Archive

En raison de leur nature secrète, les francs-maçons ont souvent suscité la méfiance des autorités et de la population. Ils ont donc été des cibles de choix pour les théories conspirationnistes de toutes sortes. « On a longtemps accusé les francs-maçons d'être une société secrète manipulant le monde », affirme l'historien Jonathan Livernois.

Que ce soit lors de l’affaire Dreyfus ou à l’époque du gouvernement de Vichy, les francs-maçons ont souvent eu la vie dure en France. Mais ils étaient aussi stigmatisés au Québec.

La première loge maçonnique à avoir vu le jour dans la province a été fondée en 1752, à Montréal. Après la Conquête, les loges se sont multipliées dans la ville. La plupart étaient anglophones et accueillaient d’éminents personnages comme Peter McGill et John Molson. La loge Émancipation était quant à elle francophone et, parmi ses membres, on comptait notamment l’auteur et maire de Montréal Honoré Beaugrand.

Pour devenir franc-maçon, il suffisait de croire au Grand Architecte de l’univers. Contrairement aux Chevaliers de Colomb – un ordre catholique et conservateur ayant, lui aussi, ses rites secrets, ses signes et ses œuvres caritatives –, les francs-maçons étaient de grands libéraux et de farouches défenseurs de la libre-pensée.

C’est, entre autres, pour cette raison qu’ils ont aussi souvent fait l’objet de répressions. Ils se sont vite mis à dos le clergé catholique en prônant, par exemple, l’éducation obligatoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi