•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Karyne Lefebvre

En semaine de 15 h à 18 h

L’histoire des musées à Montréal : du cabinet de curiosités au site historique

Photo en noir et blanc montrant les statues de cire d'un gorille tenant une femme évanouie et de trois hommes.

Des statues de cire au Musée Éden, en 1940

Photo : Conrad Poirier/BAnQ

Il n'existe pas moins de 48 institutions muséales sur l'île de Montréal. De la pêche à la mouche à l'archéologie en passant par les beaux-arts, chacune a sa spécialité. Cela fait plus de deux siècles que Montréal accueille des expositions, mais elles n'ont pas toujours été telles qu'on les connaît aujourd'hui. L'historienne Maude Bouchard-Dupont explique comment les musées ont évolué au fil du temps.

L’un des premiers musées à avoir ouvert ses portes à Montréal est celui de l’aubergiste italien Thomas Delvechio, un grand voyageur qui collectionnait les curiosités de toutes sortes, comme des animaux victimes de malformations empaillés. Ouvert en 1824, le musée avec un objectif de divertissement, mais aussi d’éducation.

Dès le début du 19e siècle, ce sont les tableaux de statues de cire qui ont commencé à avoir la cote. Exposées dans des églises, des bibliothèques ou des salles d’exposition, ces scènes reprenaient des moments forts de l’histoire ou de la Bible, précise Maude Bouchard-Dupont.

Cet engouement mènera à la naissance du Musée Éden, en 1891, en prévision du 250e anniversaire de Montréal. L’établissement s’est vite fait connaître pour sa chambre des horreurs, qui reproduisait des scènes de crime célèbres.

À la même époque, l’Art Association of Montreal, fondée en 1860, commençait à recueillir les dons d’œuvre d’art. Elle donnera naissance, en 1912, au Musée des beaux-arts de Montréal.

À la fin du 19e siècle, les sociétés savantes et les universités vont commencer à voir le potentiel des musées pour la diffusion du savoir. « Elles vont classifier scientifiquement leurs collections d’artéfacts et d’animaux naturalisés, explique Maude Bouchard-Dupont. En plus de s’en servir pour l’enseignement aux étudiants, ces objets vont être exposés dans des salles des universités ou des séminaires. »

C’est en 1922 que le gouvernement du Québec a commencé à s’investir dans le domaine muséal, avec la création du Musée du Québec. Mais c’est en 1964, grâce à la création du ministère des Affaires culturelles, que le réseau muséal s’est vraiment consolidé, précise l’historienne. De son côté, le gouvernement fédéral s’est mis à revitaliser ses sites historiques par l'entremise de Parcs Canada.

Les années 1960 à 1990 seront connues comme celles de la muséomanie, selon Maude Bouchard-Dupont. Une multitude d’institutions muséales seront créées à cette époque et le mouvement atteindra son sommet lors du 350e anniversaire de Montréal, en 1992.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi