•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Quand les révoltes influencent l’aménagement des villes

Photo en noir et blanc montrant des policiers face à des citoyens qui leur lance des pavés dans une rue de Paris.

Lors des protestations de mai 1968, il était fréquent de voir des manifestants arracher les pavés des rues pour les lancer aux forces de l'ordre.

Photo : Radio-Canada

Il y a toutes sortes de facteurs qui peuvent exercer une influence sur la façon d'aménager les villes, et les mouvements de contestation populaires en sont un. Le chroniqueur urbain Samuel Descôteaux-Fréchette explique comment les révoltes ont façonné nos villes, pour le meilleur et pour le pire.

Malheureusement, souvent, ces adaptations ont plutôt eu pour but de resserrer le contrôle, donc d'éviter qu’il y ait d’autres épisodes de contestation et de révolte, souligne Samuel Descôteaux-Fréchette.

Il donne l’exemple de Paris, qui a vu ses petites rues médiévales étroites être remplacées par de grands boulevards dans la deuxième moitié du 19e siècle. Ceux-ci sont aujourd’hui l’une des marques de commerce de Paris, mais peu de gens connaissent les raisons pour lesquelles ils ont été aménagés. En plus des questions d’hygiène et de transport, ces grandes artères ont été conçues pour faciliter la répression d’éventuelles révoltes, en empêchant notamment les contestataires de construire des barricades. C’était aussi pour pouvoir, au besoin, tirer au canon sur les foules qui voudraient manifester, précise Samuel Descôteaux-Fréchette.

Un siècle plus tard, les protestations de Mai 68 ont poussé les autorités françaises à recouvrir d’asphalte les rues pavées afin que les pierres de la chaussée ne puissent plus servir de projectiles aux manifestants.

Cependant, il arrive parfois que les contestations citoyennes entraînent des changements positifs dans l'aménagement d’une ville, et c’est ce qui est arrivé à Montréal en 2008. Les émeutes causées par la mort du jeune Freddie Villanueva aux mains de la police ont poussé l’administration municipale à investir des millions de dollars dans la construction de logements communautaires et d'équipements collectifs dans Montréal-Nord.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi