•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand les touristes allaient camper à Montréal

Le 15-18

Avec Karyne Lefebvre

En semaine de 15 h à 18 h

Quand les touristes allaient camper à Montréal

Photo en noir et blanc montrant plusieurs tentes et des voitures d'époque sur un site boisé.

Le camping Jimmy's Camp, à Montréal, entre 1926 et 1939

Photo : BAnQ

Cet été, les régions de l'est du Québec sont envahies par les campeurs venus y passer leurs vacances, faute de voyages à l'étranger. Mais il y a un siècle, c'était à Montréal que les touristes affluaient pour installer leur tente et profiter du plein air. L'historienne Maude Bouchard-Dupont raconte comment la tradition estivale du camping s'est développée tout au long du 19e siècle.

Avant les années 1900, on campait par nécessité plutôt que par plaisir. Chasseurs, pêcheurs, soldats et explorateurs ont, de tout temps, dormi à la belle étoile. Il faudra attendre 1905 avant de voir apparaître pour la première fois le terme camping dans un magazine français.

Avec l’arrivée de l’automobile, il est désormais possible de voyager n’importe où dans la province. Les vacanciers prendront l’habitude d’installer leur tente sur le bord des routes afin de ne pas avoir à payer pour une chambre d’hôtel, au grand dam des hôteliers et des aubergistes qui tenteront, en vain, de renverser cette nouvelle mode.

À partir des années 1920, une multitude de tourist camps, les ancêtres des campings, verront le jour au Québec, notamment à Montréal. Ce sont les clubs automobiles, comme CAA, qui encouragent les municipalités à aménager ce genre de terrains de camping, explique Maude Bouchard-Dupont. À l’origine gratuits, ils deviennent payants en 1930.

Un événement viendra accentuer la prolifération des campings dans la région montréalaise : Expo 67. Pour l’occasion, il faut héberger 50 millions de visiteurs à Montréal, ce qui représente un défi logistique considérable, souligne l’historienne. En plus de l’hébergement à domicile, dans les motels et dans les hôtels, le bureau d’hébergement officiel, Logexpo, avait prévu 20 000 emplacements de camping, mais il est vite débordé par la demande. Il y aura donc plusieurs campings temporaires qui apparaîtront dans la ville et en périphérie.

Photo montrant des tentes au pied d'un immense réservoir.

Un camp de fortune érigé à côté d'un ancien gazomètre lors d'Expo 67.

Photo : Archives de la Ville de Montréal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi