•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Le respect de la distanciation physique, une question de mémoire

L'Intérieur du magasin Sports Experts avec un panneau rappelant les règles de distanciation sociale.

Selon les chercheurs, il est important de rappeler les avantages de la distanciation physique au moyen d'affiches et de campagnes de sensibilisation.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Selon une étude (Nouvelle fenêtre) menée par l'Université de Californie à Riverside, le fait que certaines personnes ne respectent pas les consignes des autorités de santé publique serait dû à leur capacité de mémoire de travail plus faible que celle des personnes qui suivent les règles. La chroniqueuse scientifique Myriam Kessiby explique que la mémoire de travail joue un rôle important dans nos prises de décisions.

Cette portion de la mémoire à court terme nous permet d’enregistrer brièvement des informations et de les utiliser dans toutes sortes de situations qui demandent un raisonnement, comme l’écriture, le calcul et la prise de décisions.

La capacité de mémoire de travail varie d’une personne à l’autre et peut fluctuer dans le temps chez une même personne. Les chercheurs ont découvert que les gens ayant une moins bonne mémoire de ce genre respectent plus difficilement les consignes de distanciation physique que ceux qui sont capables de stocker plusieurs informations dans leur cerveau. Les gens qui ont une mémoire de travail moins performante vont, en quelque sorte, oublier les avantages de la distanciation dans leurs prises de décisions, car les avantages, c’est ce qui constitue l’information nouvelle, explique Myriam Kessiby.

Les chercheurs qui ont mené l’étude recommandent donc aux autorités de rafraîchir la mémoire de la population en affichant de façon claire et précise les avantages de la distanciation et du port du masque. Tant que les comportements qui sont liés à la pandémie ne deviendront pas des habitudes bien établies, suivre ces règles, ça va demander un effort mental à tout le monde, à différents niveaux, affirme Myriam Kessiby.

La chroniqueuse croit donc qu’il faut faire preuve d’une certaine patience envers les récalcitrants. Même si les comportements de certaines personnes peuvent nous paraître frustrants, il y a des mécanismes qui les expliquent, souligne-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi