•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Expo 67, mère des grands festivals montréalais

Photo en couleur montrant des dizaines de personnes se promenant sous des banderoles.

Une carte postale d'Expo 67

Photo : AFP

Si Montréal a acquis son surnom de « ville des festivals », c'est surtout grâce à Expo 67, qui a ouvert la voie à une démocratisation de la culture, non seulement dans la métropole, mais aussi dans toute la province, selon l'historienne Maude Bouchard-Dupont.

Le terme festival est apparu au début du 19e siècle et, à cette époque, il désignait surtout des célébrations religieuses. Ce n’est que graduellement que des festivités laïques ont décidé d’emprunter la même formule de grand rassemblement.

Le carnaval d’hiver de Montréal a été l’un des premiers à le faire, en 1883. Alors que, traditionnellement, le carnaval – la période précédant le carême – s’accompagnait surtout de festins, de danse et de costumes, le carnaval de Montréal mettait plutôt à l’honneur les sports d’hiver, comme la raquette, le patin et la glissade, dans le but d’attirer des touristes américains.

Aujourd’hui, ça nous semble un peu ordinaire comme genre de sports, mais à l’époque, c’était de vraies excentricités, indique Maude Bouchard-Dupont. D’ailleurs, ça en a choqué plus d’un.

Les célébrations du carnaval de Montréal étaient toutefois réservées à l’élite et il a fallu attendre les années 1950 pour que le concept de festival se démocratise. De 1939 à 1966, la métropole a accueilli Les festivals de Montréal, une grande célébration qui a d’abord mis à l’honneur la musique classique, puis le jazz, le folklore et le théâtre.

Expo 67 comme catalyseur

Expo 67, c’est là que la magie va vraiment s’opérer et qu’on va moderniser la formule des festivals, affirme Maude Bouchard-Dupont.

Pour l’occasion, Montréal a été l’hôte du Festival mondial, un immense événement qui a réuni 25 000 artistes de 25 pays. C’est le plus important festival jamais présenté sur une période de six mois dans la même ville, précise l’historienne.

Ce moment catalyseur a inspiré plus d’un festival par la suite, notamment le Festival d’été de Québec.

On est héritiers de cette belle énergie qu’il y avait à Expo 67.

Maude Bouchard-Dupont, historienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi