•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Le masque, ce nouvel accessoire de mode

Un masque d'hygiène brun à motifs en forme de F.

La marque italienne Fendi a conçu un masque en soie, qu'elle vend 310 $.

Photo : Fendi

Avec les autorités du monde entier qui sont de plus en plus nombreuses à recommander le port du masque en public pour éviter de propager le coronavirus, on peut s'attendre à ce qu'il devienne un accessoire de mode à part entière. Certaines marques ont même déjà commencé à se l'approprier, selon le spécialiste de la mode Thierry-Maxime Loriot.

Sur le plan du port du masque, l’Occident accuse un retard par rapport à de nombreuses villes asiatiques, qui ont adopté cet outil de protection depuis longtemps, notamment pour se protéger de la pollution.

Toutefois, il est en train, tranquillement, de s’inscrire dans les habitudes des Européens et des Américains. D’ailleurs, la marque italienne Fendi offre déjà un masque en soie pour le visage... à 310 $.

Au Québec, des designers comme Denis Gagnon, Marie Saint Pierre et Pony confectionnent aussi des masques.

La conception de couvre-visages par des créateurs de mode n’est toutefois pas un phénomène nouveau. La designer française Marine Serre avait déjà lancé sur le marché des masques agencés aux tenues des coureurs cyclistes. La chanteuse Billie Eilish a fait sensation aux Grammy avec son masque Gucci. Et on se souvient du masque que portait Michael Jackson.

Selon Thierry-Maxime Loriot, les artistes contribuent beaucoup à la démocratisation du masque. Il est convaincu que celui-ci deviendra un objet de mode répandu, comme le sont devenus les casques de vélo et de ski. Ces objets de protection, peu portés il y a quelques années, sont maintenant indispensables aux yeux de la plupart des skieurs et des cyclistes. Même Chanel fait des casques de ski, souligne Thierry-Maxime Loriot.

Le masque, c’est plus qu’un accessoire. C’est pouvoir démontrer que, socialement, on est responsable.

Thierry-Maxime Loriot, spécialiste de la mode

Le spécialiste s’attend à ce que de plus en plus de marques s’approprient les masques. Déjà, plusieurs équipes sportives offrent des couvre-visages portant leur logo. Thierry-Maxime Loriot croit même que l’on pourrait voir, dans un avenir rapproché, des masques affichant de la publicité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi