•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La hausse de salaire des députés fédéraux crée un malaise

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

La hausse de salaire des députés fédéraux crée un malaise

Les sièges vides des députés à la Chambre des communes

Les sièges vides des députés à la Chambre des communes à Ottawa

Photo : Radio-Canada

L'augmentation de salaire de 2,1 % des députés fédéraux est entrée en vigueur mercredi et elle crée un malaise au sein même de la Chambre des communes, selon le chroniqueur politique Alec Castonguay.

Cette hausse équivaut à environ 4000 $. On a un mécanisme automatique depuis très longtemps, à Ottawa, qui calque la hausse du salaire des députés sur l'augmentation moyenne dans le secteur privé l’année précédente, explique Alec Castonguay.

On sent qu’il y a un petit malaise à Ottawa sur la hausse de salaire, parce que le moment, qui est habituellement toujours le même, est un peu mal choisi.

Alec Castonguay, chroniqueur politique

Au Parti conservateur et au Nouveau Parti démocratique, on est d’accord pour qu’il y ait un gel du salaire cette année, mais aucun des deux ne souhaite déposer un projet de loi qui mettrait en vigueur ce gel, indique Alec Castonguay. On laisse au gouvernement le soin de le faire.

Mais le gouvernement estime de son côté qu’il y a des choses plus urgentes à régler, d’autant plus que les députés ne siègent pas en ce moment en raison de la crise.

Chacun des députés va donc décider à la pièce s’il va remettre sa hausse de salaire, les 4000 $, à une œuvre de charité ou à un organisme communautaire de sa circonscription, affirme Alec Castonguay.

Il précise que Justin Trudeau, Andrew Scheer ainsi que tous les députés du Bloc québécois ont déjà annoncé que c’est ce qu’ils allaient faire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi