•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une technique inventée à Montréal qui permet des prouesses médicales

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Une technique inventée à Montréal qui permet des prouesses médicales

Une femme, allongée, joue du violon pendant que l'équipe médicale opère son cerveau.

Dagmar Turner a joué du violon pendant que le chirurgien opèrait son cerveau.

Photo : Facebook/King's College Hospital London

Plusieurs ont été stupéfaits de voir que des médecins britanniques ont réussi à opérer une patiente au cerveau pendant que celle-ci jouait du violon. Peu de gens savent toutefois que la technique d'opération cérébrale en pleine conscience a été inventée à Montréal... dans les années 1930. L'animateur Charles Tisseyre raconte l'histoire derrière ce que l'on appelle la « procédure de Montréal ».

La prouesse médicale réalisée à Londres est le résultat d’une série d’expériences qui a commencé à Montréal, avec le Dr Wilder Penfield, dans les années 1930. Il a été le premier à opérer des patients en se servant de stimulations électriques pour déterminer les zones du cerveau qui pouvaient causer une crise d’épilepsie afin de détruire ces zones-là, mais sans détruire les zones autour, explique Charles Tisseyre. Et il le faisait avec des patients qui étaient conscients.

L’animateur ajoute qu’en procédant ainsi, le Dr Penfield a pu en apprendre beaucoup sur le cerveau humain : En stimulant électriquement différentes parties du cerveau, il a pu déterminer que telle partie du cerveau, par exemple, était pertinente pour le mouvement des doigts, pour la parole, pour les souvenirs, etc.

Près d’un siècle plus tard, la procédure de Montréal a permis aux chirurgiens britanniques de retirer la majeure partie de la tumeur d’une patiente, sans nuire à sa faculté de jouer du violon. La tumeur étant située tout près de la région du cerveau qui commande le bras gauche, la patiente, qui est une violoniste professionnelle, craignait de perdre la capacité de jouer. Les chirurgiens devaient donc s’assurer qu’elle était capable de jouer pendant qu’ils enlevaient la tumeur, indique Charles Tisseyre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi