•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Discours du Trône : un texte écrit pour plaire au NPD

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Discours du Trône : un texte écrit pour plaire au NPD

La gouverneure générale, assise sur un trône, tient un cartable dans ses mains. Elle s'adresse notamment à des juges et des élus assis face à elle.

La gouverneure générale du Canada, Julie Payette, lit le discours du Trône à Ottawa, aux côtés du premier ministre Justin Trudeau (assis à gauche) et du représentant du gouvernement au Sénat Peter Harder (assis à droite).

Photo : Reuters / Blair Gable

Le discours du Trône du deuxième mandat de Justin Trudeau à la tête du gouvernement canadien a été conçu pour plaire aux partis d'opposition, particulièrement au Nouveau Parti démocratique (NPD). C'est l'analyse qu'en fait le chroniqueur politique Alec Castonguay.

Logements abordables, assurance médicaments, soins dentaires universels, baisse du coût des services de télécommunication : autant de promesses qui sont mentionnées dans le discours du Trône et qui faisaient partie des priorités du NPD en campagne électorale.

Ça commence à être difficile pour le NPD de dire qu’il n’appuiera pas ce discours du Trône, observe Alec Castonguay.

Le Bloc québécois a lui aussi de quoi être satisfait : Justin Trudeau promet une compensation rapide et entière des agriculteurs touchés par la gestion de l’offre, de même qu’une nouvelle taxe sur les géants du web.

Même les conservateurs retrouvent dans ce discours des mesures qui leur sont chères. Justin Trudeau y mentionne l’exportation des ressources naturelles, sans jamais toutefois mentionner les pipelines ou le pétrole.

Alec Castonguay relève de nombreuses mesures précises dans ce discours du Trône, comparativement à celui d’il y a quatre ans, qui était beaucoup plus symbolique. Pour lui, cela signifie que Justin Trudeau a la volonté de montrer qu’il peut accomplir de grandes choses, même s’il dirige un gouvernement minoritaire.

La seule surprise du chroniqueur politique dans ce discours est la décision de Justin Trudeau de réitérer son désir de voir le Canada obtenir un siège au Conseil de sécurité des Nations unies. Entre les branches, on me dit que c’est loin d’être gagné, affirme Alec Castonguay. La Norvège et l'Irlande, qui font concurrence au Canada, auraient une longueur d’avance.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi