•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Olivar Asselin, le nationaliste qui voulait aller à la guerre

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Olivar Asselin, le nationaliste qui voulait aller à la guerre

Photo en noir et blanc montrant un homme en habit militaire.

Le major Olivar Asselin, en 1915

Photo : Archives Ville de Montréal

En 1914, lorsque la Première Guerre mondiale a éclaté en Europe, l'écrivain Olivar Asselin s'est tout de suite senti interpellé par le conflit. Il a donc décidé d'aller se battre. Or, Olivar Asselin était un nationaliste notoire. L'historien Jonathan Livernois explique comment il a réussi à justifier son désir de participer à la guerre.

En 1914, les nationalistes canadiens-français refusaient d’aller se battre pour l’Angleterre. Olivar Asselin, au contraire, se sentait incapable de rester au Canada les bras croisés. Ça a étonné tout le monde, ses amis comme ses ennemis, affirme Jonathan Livernois.

L’écrivain a donc organisé une conférence afin d’expliquer à ses concitoyens les raisons de sa décision.

Il a d’abord invoqué sa liberté individuelle, pour ensuite préciser qu’il n’allait pas se battre pour l’Angleterre, mais pour la France. Ce qu’il a dit, c’est que par un contact avec la France, par la défense du territoire français, les Canadiens vont retrouver une espèce d’énergie perdue, mentionne Jonathan Livernois.

Pour l’écrivain, le fait d’aller se battre en France allait aider par la suite les Canadiens français à mener leur combat pour la préservation de leur identité.

Son discours a été plutôt bien accueilli par la foule d’étudiants, de nationalistes, de soldats et d’anglophones venus l'entendre.

Il a aussi servi d’outil de recrutement au gouvernement fédéral, qui s’est empressé d’en faire des copies pour les distribuer dans les bureaux de recrutement.

Olivar Asselin a réussi à former un bataillon entier de Canadiens français qui l’ont suivi au front. Celui qui a obtenu le grade de major a également eu droit aux honneurs pour sa bravoure.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi