•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand Jean Drapeau rêvait d’indépendance et de constitution

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Quand Jean Drapeau rêvait d’indépendance et de constitution

Dans un studio de télévision, le maire Jean Drapeau est
assis, les mains jointes devant lui.

Le maire Jean Drapeau a régné plus qu'un quart de siècle sur Montréal.

Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

Tout le monde connaît Jean Drapeau, le politicien, mais qui connaît Jean Drapeau, l'écrivain? Son livre Jean Drapeau vous parle, écrit en 1959, révèle une facette peu connue du politicien, celle de l'humaniste et de l'indépendantiste. Un livre qui a beaucoup étonné l'historien Jonathan Livernois.

Ça étonne à bien des égards. Il est très audacieux.

Qui aurait cru que, 25 ans avant le rapatriement de la Constitution du Canada, Jean Drapeau rêvait d’un conseil constitutionnel qui veillerait au respect des droits des citoyens du Québec?

C’est pourtant l’une des idées qu’il proposait dans son livre Jean Drapeau vous parle. Le politicien, qui avait perdu les élections municipales deux ans auparavant, militait alors pour la création d’un conseil constitutionnel formé de juristes, d’économistes, de sociologues et d’historiens qui serait le chien de garde des droits de la personne et indépendant du pouvoir politique. Déjà à cette époque, Jean Drapeau parlait d’une charte pour garantir ces droits.

Ça va à l’encontre de tout ce qu’a fait Drapeau par la suite, fait remarquer Jonathan Livernois. On l’a décrit comme une espèce d’autocrate, qui prend les décisions seul.

Mais est-ce qu’il le pensait vraiment? poursuit l’historien. Je vous rappelle que son livre de chevet, c’était Le prince, de Machiavel.

Pour un État québécois

Autre surprise dans Jean Drapeau vous parle : le politicien souhaite une constitution non pas pour la province du Québec, mais bien pour l’État du Québec. Je n’ai pas souvent vu cette expression ailleurs, à cette époque, mentionne Jonathan Livernois.

Pour Jean Drapeau, le nationalisme ne devait pas être l’apanage de l’Union nationale de Duplessis, mais bien une valeur propre à tous les Québécois.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi