Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du mardi 22 octobre 2019

Que sont devenues les enseignes iconiques à Montréal?

Publié le

L'emblématique enseigne de l'usine Farine Five Roses fait partie du paysage montréalais depuis 1948.
L'emblématique enseigne de l'usine Farine Five Roses fait partie du paysage montréalais depuis 1948.   Photo : Radio-Canada / Charles Contant

« La peur de faire vulgaire, c'est ce qui hante les designers aujourd'hui, et c'est là que je leur réponds : "Décoincez-vous!" » Le chroniqueur urbain Richard Bergeron a l'impression que, depuis l'arrivée du design scandinave et du courant Bauhaus, on n'ose plus les enseignes voyantes à Montréal, comme on pouvait le faire dans les années 50.

Le chroniqueur se demande ce qui distingue les artères commerciales des autres rues sans ces enseignes lumineuses. Il pense notamment aux rues Sainte-Catherine et Saint-Hubert qui, à son avis,n'ont jamais été plus belles que dans les années 50.

La nuit sur la rue Ste-Catherine avec des voitures et de nombreux éclairages et devantures de cinéma, salles de spectacles et magasins.
Photo d'archives de la rue Sainte-Catherine, à Montréal.   Photo : Les films Perception

Richard Bergeron montre du doigt le design scandinave et le courant artistique Bauhaus, en vogue depuis plusieurs années : On a appris aux designers urbains qu'il fallait exprimer de la retenue, de la rigueur, qu'il fallait que ça ait de la classe. Implicitement, on a dit que l’ostentation d’une autre époque était vulgaire.

C’est beau, le Bauhaus, c’est beau, le design scandinave, mais c’est un peu froid.

Richard Bergeron, chroniqueur urbain

Richard Bergeron aimerait que les promoteurs et les designers fassent preuve d'un peu moins de retenue sur les grandes artères commerciales de Montréal. Il ne dénombre plus que cinq enseignes iconiques au centre-ville : l'enseigne de l'usine Five Roses, l'enseigne d'Archambault, le logo illuminé d'Hydro-Québec, la pinte de lait géante et l'horloge de Moslon.

Chargement en cours