•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Un Sénat encore partisan

Audio fil du mardi 22 octobre 2019
Une immense salle avec des meubles bruns et un tapis rouge.

La chambre du Sénat.

Photo : Sénat du Canada

« On n'a plus un Sénat militant, mais on a gardé un Sénat partisan. » La chroniqueuse Josée Boileau a l'impression que l'ancien éditorialiste André Pratte avait peut-être de trop grandes attentes au moment d'accepter son siège de sénateur. Il a annoncé sa démission en invoquant, entre autres, la trop grande partisanerie de la Chambre rouge. Josée Boileau croit que ce n'est pas demain que le système politique canadien cessera d'être aussi partisan.

Il y a le poids des habitudes, de la nature de l’État, de l’histoire, du fonctionnement des institutions, qui fait que ça ne peut pas changer en quelques règles, rappelle la chroniqueuse.

Est-ce finalement possible de faire bouger les choses de l’intérieur? Moi, je crois que c’est possible de faire bouger les choses, mais à très petits pas, poursuit Josée Boileau. André Pratte avait peut-être plus de pouvoir lorsqu’il était éditorialiste.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi