Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du jeudi 5 septembre 2019

La navette fluviale : véritable moyen de transport ou simple attraction touristique?

Publié le

La navette relie le quai dans l’est de l’île, à la hauteur du boulevard Saint-Jean-Baptiste et le quai Jacques-Cartier, dans le Vieux-Port.
La Société des traversiers du Québec rappelle que le projet pilote de cette année fait suite à un essai de cinq jours mené par l'arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles l'an dernier.   Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Pour le chroniqueur municipal et ex-politicien Richard Bergeron, la navette fluviale a un grand potentiel de mobilité, mais il faut absolument en bonifier le service pour qu'elle puisse être considérée comme un véritable moyen de transport. « Il faut que ce soit comme attendre l'autobus, croit-il. Si ce n'est pas de ce niveau-là, ce ne sera pas une composante du réseau de transport urbain. »

Il donne l'exemple de Sydney, en Australie, où les navettes maritimes jouent le même rôle que les autobus.

Richard Bergeron énumère différents facteurs qui empêchent la navette fluviale d'être entièrement efficace chez nous :

  • Les lieux d'embarquement et de débarquement sont loin de la destination des voyageurs.
  • Rien n'est prévu pour emmener les passagers à leur destination au moment du débarquement.
  • Il est obligatoire d'arriver 10 minutes avant l'embarquement pour prendre la navette.
  • En raison des conditions hivernales, la navette ne peut pas fonctionner plus de sept mois par année.

Chargement en cours