•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

L’âge d’or de la presse écrite : un mélange de nouvelles, de fiction, de publicités et d’idées

Audio fil du lundi 26 août 2019
Une pile de journaux anciens.

Des journaux d'époque

Photo : getty images/istockphoto / Xanya69

De 1860 à 1900, 600 journaux ont vu le jour sur le territoire du Québec. La presse écrite jouait à cette époque le rôle essentiel d'incubateur d'idées. Comme l'explique l'historien Jonathan Livernois, les idées y côtoyaient l'information, la publicité et les récits de fiction.

C’est là la grande différence entre les journaux européens et les journaux canadiens du 19e siècle, selon l’historien. Les journaux français avaient coutume de séparer les nouvelles des feuilletons qu'ils publiaient, tandis qu’au Canada, il pouvait être parfois difficile de discerner la fiction de la réalité. On constate des contaminations, carrément, entre les publicités, la fiction et les nouvelles [dans les journaux canadiens], affirme Jonathan Livernois.

Le 19e siècle était aussi l’âge d’or des journaux de combat, liés à un parti politique ou à une idéologie. Chaque parti, chaque idée avait son journal, relate Jonathan Livernois. On se lançait la balle, on ripostait, on se copiait souvent.

La plupart des journaux de l’époque n’avaient que quelques pages et survivaient à peine un an, mais ils réussissaient tout de même à faire voyager leurs idées.

Au 20e siècle, les journaux n'ont pas délaissé totalement leurs idéaux politiques, mais ils se sont tournés davantage vers l’information grand public. C’est dans ce contexte qu'est né le journal La Presse, en 1884.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi