Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du mercredi 26 juin 2019

L’éternel problème du stationnement

Publié le

Une série de véhicules stationnés les uns derrière les autres sur le côté d'une rue.
Des véhicules stationnés dans une rue   Photo : Radio-Canada

Le stationnement est un défi auquel de nombreuses municipalités de la grande région de Montréal sont confrontées. L'ex-mairesse de Châteauguay Nathalie Simon rappelle que le problème des véhicules obstruant la voie publique ne date pas d'hier.

Elle souligne que dès l’Antiquité, on régit la présence des chariots en ville. Dans les années 1600, on voit apparaître les premiers règlements sur le stationnement en France. C’est Napoléon Bonaparte qui introduira la notion d’amende pour toute obstruction de la voie publique.

Nathalie Simon mentionne qu’au début du 20e siècle, on commence à faire l’inverse, c’est-à-dire à promouvoir le droit au stationnement au lieu de le restreindre.

Aujourd’hui, se stationner est considéré comme un droit par beaucoup de gens, mais ce droit est de plus en plus limité. Plusieurs villes, comme Grandby, Saint-Jean-sur-le-Richelieu et Longueuil, ont commencé à faire payer les personnes qui occupent les espaces de stationnement de la voie publique. C’est de l’argent neuf qui est intéressant pour les municipalités, affirme Nathalie Simon.

L’ex-mairesse rappelle qu’un véhicule est généralement stationné 95 % du temps. Et le nombre de voitures croît plus vite que la population et que le nombre de détenteurs de permis de conduire, ajoute-t-elle.

Même les allées privées ne suffisent plus à accueillir tous les véhicules des membres d’une famille, et certains se retrouvent stationnés dans la rue, nuisant à la collecte des déchets, au déneigement et au travail des services d'urgence, selon Nathalie Simon.

Et il n’est pas toujours possible de s’en remettre au transport en commun, qui est surtout axé vers le centre-ville de la métropole, déplore l’ex-mairesse : C’est parfois plus difficile de se rendre au parc industriel de Châteauguay que dans le centre-ville de Montréal en transport en commun.

Chargement en cours