Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du jeudi 7 mars 2019

À quand des bâtiments écologiques (pour vrai)?

Publié le

Une maison écologique
Une maison écologique   Photo : Suzie Éthier

Le chroniqueur et architecte Marc-André Carignan se demande quand le Québec prendra un véritable virage écologique dans le secteur immobilier. Il déplore que l'on parle beaucoup d'environnement dans le milieu du bâtiment, mais que peu de gestes concrets soient posés.

Depuis les dernières années, on voit de plus en plus de projets immobiliers à caractère écologique, observe Marc-André Carignan. Mais en réalité, souvent, ce n’est qu’un vernis, soutient-il.

Il précise que moins de 5 % des bâtiments sont certifiés écologiques au Québec.

Le chroniqueur déplore que l'environnement soit trop souvent mis de côté au moment de concevoir un projet architectural. Il donne l’exemple de la Place Ville Marie, à Montréal, qui a annoncé l’aménagement d’une toute nouvelle aire de restauration dotée d’un toit en verre, sans prendre en considération les pertes de chaleur que cela engendrera. J’ai même parlé à des architectes qui ont travaillé sur ce projet et qui m’ont dit qu’ils étaient gênés de présenter ça au public, mais que c’était ce que leur client voulait, raconte-t-il.

Marc-André Carignan fait remarquer que les obstacles sont nombreux à l’adoption de techniques de construction plus écologiques. Non seulement il est toujours difficile de changer les habitudes dans ce milieu, puisque le changement représente un risque, mais certains promoteurs craignent aussi de se lancer dans la construction verte, car ils n’ont pas d’expertise dans ce domaine. Marc-André Carignan s’est d’ailleurs fait dire par un promoteur que son premier projet certifié LEED l’avait plongé dans le rouge.

Le chroniqueur mentionne que les bâtiments écologiques coûtent de 10 % à 12 % de plus à construire, mais qu'il est généralement possible de rentabiliser cet investissement à long terme grâce aux économies d’énergie.

Dans le secteur public, comme les écoles, on devrait assumer ce coût supplémentaire, parce qu’on n’a pas la pression d’entrer tout de suite dans notre investissement, pense Marc-André Carignan.

Il insiste sur le fait que pour entreprendre un véritable virage, tout le monde doit revoir son approche : les architectes, les clients, les promoteurs, mais aussi le gouvernement, qui peut élever les standards du code du bâtiment.

Chargement en cours