•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Les horloges, témoins de nos sociétés à travers le temps

Audio fil du jeudi 27 décembre 2018
Le séminaire de Saint-Sulpice est l'immeuble le plus ancien du Vieux-Montréal.

Le séminaire de Saint-Sulpice est l'immeuble le plus ancien du Vieux-Montréal.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Qui contrôle le temps contrôle aussi la société. Pour sa troisième chronique d'histoire, le journaliste et historien Jean-François Nadeau s'intéresse au temps. Il nous invite devant le Séminaire Saint-Sulpice pour entendre le son de la cloche de 13 h.

Fabriquée en 1701, l’horloge du Séminaire Saint-Sulpice est la plus vieille au pays qui est toujours en activité. Ce sont les sulpiciens, seigneurs de l’île de Montréal, qui ont commandé l’indicateur de temps décoré de quatre cloches. Pour Jean-François Nadeau, cette horloge est un témoin de notre société.

« [Sur cette horloge], par exemple, on a l’impression que les aiguilles sont de fines dentelles dorées. Ça nous donne déjà une idée de la richesse qu’on prête aux aiguilles qui marquent le temps. Elles pointent des chiffres romains qui renvoient à tout un empire humain important. Ils n’existent que parce qu’ils ont été adoubés par une suite de César infinie », explique l’historien.

Selon lui, cela signifie deux choses. D’abord que les gens sont capables de lire les chiffres romains à cette époque, mais aussi que les quatre petites cloches donnent le son. Pendant longtemps, le rapport au temps était fixé par le son de la cloche, et non par le cadran de l’horloge.

« La montre n'apparaîtra au fond que dans la mesure où l'on aura besoin de réglementer le travail des gens, qui auparavant était fixé par le soleil », précise-t-il.

Véritable outil de contrôle, la montre était auparavant attribuée à la bourgeoisie. Les ouvriers sont convaincus qu’ils doivent s’en procurer une pour se réguler eux-mêmes.

Et qui contrôle le temps contrôle la société. C’est pourquoi au 19e siècle, plusieurs pays, dont la France, l’Angleterre puis le Canada, vont voter des lois pour obliger un système horaire qui impose à tous un même régime d’heure.

« C’est un peu de cette façon que le signal horaire de Radio-Canada est créé en 1939. C’est une façon d’unifier le temps », souligne Jean-François Nadeau.

De nos jours, l’heure que donne le téléphone cellulaire est plus précise que n’importe quel signal horaire ou horloge. Mais le temps pendant l'hiver, lui, semble tout de même passer plus lentement que celui de l’été.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi