Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mardi 23 octobre 2018

Un commerçant belge évite un braquage en convainquant les voleurs de revenir plus tard

Publié le

Un homme s'adresse à deux autres hommes dans un commerce de cigarettes électroniques.
La caméra de surveillance montre le commerçant Didier en train de convaincre des voleurs de revenir braquer son magasin plus tard.   Photo : RTL info

Par un samedi après-midi, à Montignies-sur-Sambre, en Belgique, Didier reçoit la visite de six individus dans son commerce de cigarettes électroniques. Très vite, il se rend compte que leurs intentions sont loin d'être amicales lorsque deux d'entre eux soulèvent leur chandail pour montrer les armes qu'ils portent à la taille.

Les voyant s'emparer du contenu de son magasin, Didier tente le tout pour le tout : il fait remarquer aux voleurs qu'il leur serait beaucoup plus profitable de revenir plus tard. «  Je leur dis clairement que ce n'est pas à 15 h qu'on braque un commerce, raconte le commerçant à RTL info. C'est comme s'ils allaient chez un livreur à 5 h du matin pour lui braquer sa monnaie. Je leur dis que c'est à 18 h 30 qu'il faut me braquer : "Tu vas me prendre 1000 balles; si tu reviens le soir, tu vas peut-être me prendre plus." »

Contre toute attente, les voleurs se laissent convaincre et quittent le magasin. Didier prévient alors la police que les malfaiteurs seront probablement de retour à la fermeture. « La police me dit : "Monsieur, ils ne vont jamais revenir, ce n’est pas possible!" et je leur réponds : "Je pense que oui." », relate Didier à RTL info.

Visiblement pressés de faire leur coup, les voleurs reviennent à 17 h 30, une heure plus tôt que prévu. Didier perd alors son calme et leur dit abruptement de revenir à 18 h 30, et les malfaiteurs repartent, pour la deuxième fois, les mains vides.

Lorsqu’ils reviennent enfin à l’heure prévue, la police les attend dans le commerce et les arrête tous. Ils risquent la prison pour braquage à main armée.

Chargement en cours