Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mercredi 20 décembre 2017

Montréal, la ville du biscuit

Publié le

Une vieille boîte de biscuits Whippet
L'Écomusée du fier monde a tenu en 2007 une exposition intitulée « Viau : des biscuits, une histoire »   Photo : Écomusée du fier monde/archives de Radio-Canada

« Montréal est associée au mot "biscuit" par un intermédiaire majeur : le nom Viau », soutient l'historien Jean-François Nadeau.

L’entreprise Viau est fondée en 1867 par Charles-Théodore Viau et son colocataire, indique l'historien. Ils se concentrent d'abord sur la distribution de farine, mais ils se mettent peu à peu à produire toutes sortes de sucreries : chocolats, bonbons et biscuits.

« Ils vont finalement acheter des terres et avoir la mainmise sur la production de lait pour pouvoir alimenter toute cette production de sucreries qui nécessite beaucoup de lait », affirme Jean-François Nadeau.

Il souligne qu’au 19e siècle, les biscuiteries industrielles servent surtout à fournir la marine en biscuits qui se conservent bien durant les longs voyages. « Et on va développer, comme pour tout produit de consommation, une variante faite pour la bourgeoisie, qui va peu à peu être adaptée aux besoins de consommation populaires », explique-t-il.

À cette époque, l’engouement pour le sucre fait éclater la production de biscuits en Amérique du Nord, raconte l’historien : « Au siècle précédent, le sucre est réservé à la bourgeoisie. Tout d’un coup, au 19e siècle, il devient accessible. Les moyens de production rendent ça possible. »

C’est dans ce contexte que Charles-Théodore Viau et ses descendants font fortune. Malgré une crise économique en 1878 et des incendies, l’entreprise ne cesse de fleurir.

Elle changera de mains à plusieurs reprises au cours des années, souligne Jean-François Nadeau. La marque appartient aujourd’hui à la multinationale Mondelez, qui a annoncé en 2016 le déménagement prochain des activités de son usine de Montréal, faute de rentabilité.

Écoutez les autres chroniques d'histoire de Jean-François Nadeau

Sur le même sujet

Pour l'amour du Whippet

Chargement en cours