•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

L'Opinion publique, un journal qui innove par l'image

Audio fil du mercredi 15 novembre 2017
Une page de journal portant l'inscription « Opinion publique journal illustré »

La page couverture du journal L'Opinion publique du 1er janvier 1870

Photo : Bibliothèque et Archives nationales du Québec

C'est au Québec, au 19e siècle, qu'on invente un des premiers procédés qui permettent de reproduire la photographie. Et le journal L'Opinion publique saura très vite en profiter, explique l'historien Jean-François Nadeau.

Jean-François Nadeau donne l'exemple de William Leggo, qui met au point la leggotypie. Ce procédé permet de reproduire des photographies à un assez faible coût en ne conservant que les contours de l’image.

Il est associé à Georges-Édouard Desbarats, un riche homme d’affaires qui possède le journal L’Opinion publique, qui sera publié de 1870 à 1883. Pendant cette période, le journal, ainsi que sa version anglaise, publiera près de 15 000 clichés sous forme de gravures, précise Jean-François Nadeau.

Selon l'historien, cela en fait un journal très avant-gardiste pour l’époque : « Il donne la possibilité d’entrer dans un Montréal qui est à peu près inconnu autrement que dans des photographies, qui circulent moins bien à l’époque. »

Quand on lit L’Opinion publique, on échappe un peu à la réalité, affirme Jean-François Nadeau. Le milieu des affaires et la vie mondaine y occupent une place de choix, mais y on parle peu du milieu ouvrier. On y trouve plutôt des articles sur les façons de célébrer l’Halloween, sur des événements sensationnalistes comme les grèves ou sur la réalité de la future mariée.

Ce que les gens voient d’eux à l’époque, c’est ça.

Jean-François Nadeau

Malgré sa grande popularité, le journal connaît de nombreuses difficultés, souligne le chroniqueur. Son propriétaire y investira une immense fortune, en vain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi