•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Le 15-18

Avec Jacques Beauchamp et Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

La journaliste cambrioleuse

La journaliste Hélène Mercier est à la recherche des meilleures idées dans le monde.

Photo : getty images/istockphoto / metamorworks

Chaque vendredi, Hélène Mercier, la « journaliste cambrioleuse », présente une initiative adoptée ailleurs qui pourrait intéresser Montréal.

Liste des sujets

Sujets de 1 à 10 sur 24
  • Les hivers du sud de l'Allemagne ne sont peut-être pas aussi froids qu'au Québec, mais les personnes itinérantes de cette région du monde sont néanmoins vulnérables aux aléas de la météo. La Ville de Ulm a récemment installé de petits abris de fortune bien isolés – surnommés des « nids » – pour permettre à ses citoyens qui n'ont pas de toit de passer la nuit au chaud et au sec. Mais comme le relate la journaliste cambrioleuse Hélène Mercier, ces petites capsules ne pourraient pas voir le jour à Montréal, malgré leur grande utilité.

  • Le débat entourant la liberté universitaire n'existe pas qu'au Québec. Devant le nombre grandissant de scandales engendrés par des cas de censure, le gouvernement britannique a adopté une série de mesures pour protéger la liberté d'enseignement. Parmi celles-ci : la création du poste de « champion de la liberté d'expression et de la liberté universitaire ». Celui-ci siège à l'organisme indépendant qui réglemente les établissements d'enseignement supérieur. Il a le mandat d'enquêter lorsqu'un membre du corps professoral est puni pour avoir tenu des propos controversés. Le gouvernement britannique oblige également les universités à promouvoir activement la liberté d'expression, sous peine d'amende. Si ces nouvelles mesures rassurent une partie du corps professoral, certains experts estiment qu'elles minent l'indépendance des universités par rapport au gouvernement, comme l'explique la journaliste Hélène Mercier.

  • La Ville de Lisbonne en avait assez de voir le tourisme de masse chasser les Lisboètes des quartiers centraux en exerçant une pression à la hausse sur les prix des logements. Elle a donc offert aux propriétaires de ces appartements destinés aux touristes – et désormais vides en raison de la pandémie – de les louer pour une durée de cinq ans. La Ville reloue ensuite ces logements à un prix modique aux familles qui ont un faible revenu. Cependant, l'initiative ne connaît pas le succès escompté auprès des propriétaires, comme l'explique la journaliste Hélène Mercier.

  • Afin d'aider les artistes réfugiés en France à intégrer le marché du travail, l'École nationale des beaux-arts de Paris leur offre, depuis 2017, des cours intensifs de français dans le cadre de son programme Hérodote. Chaque année, une douzaine d'artistes professionnels, tous réfugiés ou demandeurs d'asile, sont choisis par la prestigieuse école pour étudier le français pendant un an. Le programme leur donne aussi l'occasion d'assister, en tant qu'auditeurs libres, aux cours d'art offerts par l'école. Ils peuvent ainsi rencontrer d'autres artistes et se bâtir un réseau professionnel qui les aidera, à la fin du programme, à trouver du travail dans leur domaine. Comme l'explique la journaliste Hélène Mercier, « le programme Hérodote permet d'apprendre la langue du pays d'accueil, mais aussi de se familiariser avec le milieu culturel français, parfois élitiste, souvent dur à percer ».

  • Depuis le 18 janvier dernier, les Néo-Écossais n'ont plus à signer une carte de don d'organes pour manifester leur consentement, une première en Amérique du Nord. « Il en revient maintenant aux personnes qui refusent de le faire à l'indiquer dans un registre », précise la journaliste Hélène Mercier. Le gouvernement de Stephen McNeil souhaite ainsi faciliter l'accès aux tissus ou aux organes aux personnes qui sont en attente d'une transplantation.

  • Plusieurs concepts ont émergé depuis que l'aménagement urbain est devenu une préoccupation. Les villes peuvent être plus durables pour l'environnement, plus agréables pour les piétons et plus intelligentes dans leurs moyens de communication. Et si elles étaient tout simplement plus douces? La journaliste Hélène Mercier s'est intéressée à cette idée nouvelle.

  • Depuis une dizaine d'années, la Suède mise entre autres sur les messages textes pour encourager la population à donner du sang à travers le pays. Dès que le don est transfusé, les donneurs reçoivent un texto, ce qui vient renforcer leur sentiment d'être utile. « En 2010, la Suède a enregistré une baisse du nombre de dons. Une fois le don fait, le donneur peut l'oublier. Le message texte rend l'exercice beaucoup plus concret », fait valoir la journaliste Hélène Mercier, qui s'est demandé si cette façon de faire pouvait intéresser Héma-Québec.

  • Partout dans le monde, des entreprises de divers secteurs et des gouvernements font des pieds et des mains pour parvenir à tirer leur épingle du jeu malgré les bouleversements causés par la crise du coronavirus. Une dizaine d'initiatives ont retenu l'attention de la journaliste Hélène Mercier.

  • Montréal a adopté, cette année, l'idée d'un budget participatif. La Ville invite donc la population à présenter des idées pour « contribuer à la transition écologique et sociale » de la municipalité. Elle s'est réservé un montant de 10 millions de dollars pour financer les projets qui recevront le plus de votes en ligne. Même si c'est la première fois que Montréal tente l'expérience d'un budget participatif, l'idée n'est pas nouvelle. Le département de la Gironde, en France, s'apprête à financer une dizaine de projets proposés par des citoyens et citoyennes. La journaliste Hélène Mercier s'y est intéressée.

  • Un projet d'habitation novateur promet de donner une toute nouvelle dimension au logement social dans la capitale belge. Care and Living in Community (CALICO) est un édifice de 34 logements destinés à une population vulnérable, notamment les mères de famille monoparentale, les personnes âgées et les nouveaux arrivants. Mais, ce qu'il y a de particulièrement intéressant dans ce projet, selon la journaliste Hélène Mercier, c'est que l'on souhaite aussi y offrir des soins, tout en misant sur la solidarité sociale.

Vous aimerez aussi