•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Rattrapage du 3 févr. 2021 : Valoriser les enseignants, et débat autour des tests rapides

Rattrapage

  • Un an après le début de la pandémie de COVID-19, des experts se sont penchés sur les meilleures et les pires stratégies adoptées par les différents pays dans le monde pour faire face au coronavirus. Comme l'explique l'animateur Charles Tisseyre, ils en sont venus à deux conclusions : il fallait rapidement mettre en place un système de dépistage et de traçage, et on devait fermer les frontières.

  • Le professeur et philosophe Normand Baillargeon a lancé sur les réseaux sociaux un appel à tous pour savoir ce qui constituerait les principaux pôles d'appréciation du travail des professeurs. « Leur métier est devenu extrêmement difficile. C'est une sorte de drame national », dit-il.

  • De plus en plus de voix s'élèvent pour réclamer un dépistage massif du coronavirus par des tests antigéniques, aussi connus sous le nom de tests rapides. Or, si ces tests peuvent être utiles dans certains contextes, ils sont loin d'être une panacée, selon la médecin-conseil Judith Fafard, du Laboratoire de santé publique du Québec.

  • Le pédiatre-urgentiste Samir Shaheen-Hussain, de l'Hôpital de Montréal pour enfants, était aux premières loges de la campagne Tiens ma main, qui s'est tenue en 2018. Elle réclamait l'abandon d'une pratique qui consistait à refuser l'embarquement aux parents des enfants qui devaient être transportés par avion-ambulance pour obtenir des soins médicaux. Pendant plusieurs années, de nombreux enfants, surtout autochtones, ont été transportés seuls pour être soignés à Montréal. Maintenant que cette pratique a été abolie par le gouvernement, le Dr Shaheen-Hussain revient sur le colonialisme médical qui, selon lui, l'a inspirée, dans son livre Plus aucun enfant autochtone arraché : pour en finir avec le colonialisme médical canadien.

Vous aimerez aussi