•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Rattrapage du 22 janv. 2020 : Bannir les complotistes des réseaux sociaux, et le mouvement de la ville douce

Rattrapage

  • Plusieurs concepts ont émergé depuis que l'aménagement urbain est devenu une préoccupation. Les villes peuvent être plus durables pour l'environnement, plus agréables pour les piétons et plus intelligentes dans leurs moyens de communication. Et si elles étaient tout simplement plus douces? La journaliste Hélène Mercier s'est intéressée à cette idée nouvelle.

  • Inspirée par l'initiative d'une blogueuse américaine, la photographe et militante Julie Artacho invite les utilisatrices et utilisateurs d'Instagram à publier leur photo dans un plan en pied et à indiquer leurs mensurations. L'objectif derrière cette campagne est de « créer une espèce de répertoire de tailles » et de normaliser les corps que la société considère comme hors norme, mais qui sont pourtant très répandus.

  • Lorsque le groupe armé État islamique a commencé à revendiquer des attentats sur les réseaux sociaux, les gouvernements ont fait pression sur Facebook, Twitter et les autres grandes plateformes pour qu'elles suppriment les comptes liés au terrorisme. Cela a eu pour effet immédiat de couper les groupes djihadistes du reste du monde et de limiter la portée de leur propagande. Ces plateformes ont refait le même exercice avec des groupes complotistes et d'extrême droite. Si cela n'empêche pas les éléments les plus radicaux de ces groupes de se retrouver sur d'autres sites Internet, moins populaires, ils n'ont désormais plus accès au public, ce qui nuit beaucoup à leur recrutement, comme l'explique le cotitulaire de la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l'extrémisme violents David Morin.

Vous aimerez aussi