•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Le 15-18

Avec Jacques Beauchamp

En semaine de 15 h à 18 h

Rattrapage du 18 janv. 2020 : Un REM demandé sur la Rive-Nord, et l'accueil du chien de Biden

Rattrapage

  • Le gouvernement du Québec annonçait en décembre dernier le prolongement du Réseau express métropolitain (REM) dans l'est de l'île de Montréal. Deux mois plus tôt, l'État avait demandé également à la Caisse de dépôt et placement du Québec de se pencher sur un projet de transport électrique pour la Rive-Sud. Aujourd'hui, des maires de la couronne nord de la métropole affirment que c'est à leur tour de bénéficier d'un réseau structurant de transport collectif.

  • La construction de la nouvelle Maison de Radio-Canada n'a pas engendré d'expropriations cette fois-ci, contrairement à celle de la grande tour. En effet, tout un quartier avait été rasé à l'époque, reflet de la vision de l'urbanisme du maire Jean Drapeau, comme le rappelle l'historien Jonathan Livernois.

  • Dans un pays où 60 % des ménages possèdent un chien, il n'est pas étonnant que les animaux de compagnie des présidents américains suscitent autant d'intérêt. C'est toutefois la première fois qu'un chien présidentiel a droit à sa propre cérémonie d'investiture. À quelques jours de l'assermentation de son maître, le président élu Joe Biden, Major a eu droit aux honneurs au cours d'un événement en ligne qui a rassemblé une multitude de participants, dont le chroniqueur Jean-Philippe Baril Guérard.

  • Une page d'histoire se tourne pour Radio-Canada : ses employés de Montréal quittent progressivement la grande tour brune pour s'installer dans de nouveaux bureaux. Ce déménagement est perçu avec amertume par certaines personnes qui vivaient autrefois dans le Faubourg à m'lasse et qui ont été évincées, il y a 60 ans, pour laisser place à la tour de Radio-Canada.

  • La crise sanitaire est venue exacerber les inégalités entre les hommes et les femmes. Ces dernières ont été notamment plus nombreuses à perdre leur emploi. Mais la pandémie complique également les conditions de travail des femmes qui ont pu garder le leur. C'est le cas entre autres dans le domaine de la science, comme l'explique Chiara Piazzesi, professeure de sociologie à l'Université du Québec à Montréal.

Vous aimerez aussi