•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Le 15-18

Avec Jacques Beauchamp

En semaine de 15 h à 18 h

Rattrapage du 6 oct. 2020 : Chasser en pandémie et histoire d'Unibroue

Rattrapage

  • Le documentariste Will Prosper reproche au gouvernement du Québec de laisser à eux-mêmes les jeunes des zones rouges en leur retirant une partie de leurs activités parascolaires et en obligeant les plus vieux élèves du secondaire à étudier partiellement à la maison. Celui qui est aussi porte-parole de l'organisme Hoodstock, qui œuvre auprès des jeunes de Montréal-Nord, considère que les adolescents sont ainsi plus vulnérables à la COVID-19.

  • La chasse est l'une des rares activités qui peut encore être pratiquée malgré la seconde vague de coronavirus, mais sous certaines conditions. Ce rituel saisonnier sera bien différent cette année pour les milliers de chasseurs qui se rendront dans les étendues sauvages de la province.

  • Les dépassements du coût prévu pour l'aménagement du métro de Laval ont beaucoup fait jaser à l'époque où le projet était en branle, mais ces dépassements n'avaient pourtant rien d'étonnant ou de scandaleux, selon le chroniqueur urbain Richard Bergeron. En fait, c'est à 750 millions de dollars que le projet aurait dû être estimé dès le départ, selon celui qui était, à l'époque, responsable de l'analyse stratégique à l'Agence métropolitaine de transport (AMT).

  • En 1993, alors que le marché québécois de la bière était contrôlé par trois grandes entreprises brassicoles, Unibroue s'est donné comme mission de faire découvrir au Québec la bière artisanale. Un pari audacieux, mais qui a réussi à ouvrir la voie à d'autres microbrasseries et à faire de la province un paradis de la bière artisanale, comme le raconte l'ancien vice-président d'Unibroue à Paris, Pierre Paquin, dans son livre Une maudite belle histoire! Les premières années d'Unibroue.

Vous aimerez aussi